Héros féminin, pas héroïne

Publié le 4 Septembre 2012

Capture-Nikita.jpg

Oui je sais, on joue sur les mots... Mais les mots justement, c'est important. Je feuilletais récemment les travaux des chercheurs de l'Université de Lausanne ( Oui, j'ai que ça à faire, et alors? ) et je suis tombé sur un article de promotion de l'ouvrage de Loïse Bilat et Gianni Haver, Le héros était une femme - Editions Antipodes 2011. Inutile de dire qu'en parcourant cet article mon petit coeur s'est senti tout revigoré et qu'à la fin de ma lecture j'avais presque envie d'applaudir tellement je partage l'analyse qui peut être faite par ces sociologues.

Parce que c'est bien vrai et c'est pas la première fois que je le dis. Au cinéma ou à la télévision elles sont bien rares ces héroïnes qui sont totalement assumées par les réalisateurs. Je n'arrive pas à croire moi aux personnages lorsque leur image est en décalage avec la réalité de leur situation, à Kate Beckett ( Castle ) avec ses boucles glamour qui dégoulinent sur son dos, à Laure Berthaud ( Engrenages ) avec sa queue de cheval miteuse et les mèches qui pendouillent - oui je sais, là je fais mon ayatollah de la mauvaise foi, mais bon - 

Du coup je me demande si Luc Besson ne serait pas un peu comme moi, lui qui rase Jeanne d'Arc et qui fabrique une tueuse comme Nikita...

 

Photo: Anne Parillaud - Nikita - L.Besson 1990

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :