Frida ya, Frida nein

Publié le 25 Février 2010

41707 img354 122 815loContre toute attente, elle admit que j'étais un être "kombadiple", et que sans doute il était raisonnable de prendre ce que l'on a sous la main plutôt que de partir dans une quête incertaine. En guise de réponse elle devint plus chatte et commença un numéro de séduction auquel je ne voulu pas résister. Et ce canapé qui depuis tant d'années avait entendu toutes les affres de ma psychosexualité égrainées au fil des semaines, voyait d'un seul coup balayer des heures et des heures d'analyse.
En un clin d'oeil Frida et moi nous sommes retrouvés nus sur le vénérable chesterfield, faisant chacun assaut  de plus d'inventivité dans nos préliminaires. L'émotion était grande pour moi de découvrir son corps svelte et musclé.
Elle parlait, parlait sans cesse et sa discussion suggestive était parfois difficile à comprendre. Sans doute qu'avec une italienne les mots auraient connus un peu plus de musicalité.
Mais le propos était excitant, autant pour elle que pour moi. Je restais muet, laissant le flot de ses paroles gutturales se déverser sur moi:
Ma Psy-"... Und mes jefeux, du lez aimes mes jefeux? Du aimes kome ilz ont dontus terrière?
Moi- ........"
Ces paroles étaient comme des gouttes d'huile jetées sur un feu de braise. Les yeux clos elle avait fini par s'empaler sur moi et ondulait comme une liane jusqu'à l'explosion de son plaisir.
Enfin appaisée, nos deux corps pentelants, elle jetait sur moi un regard différent:
Ma Psy-" ...Du m'en feux?
Moi- Comment peux tu me demander ça, bien sur que non...Mais je ne sais pas trop où cela nous mène.
Ma Psy- Chai atoré !!
Moi- ...Et ton amie?
Ma Psy- Was, mein amie? Che ne lui tirai rien du es vou!
Moi- ..C'est bien ce que je craignais...."

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Ma Psy et Moi

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :