Frida en urgence

Publié le 14 Janvier 2012

Pas encore remis des révélations de Laora et sans réfléchir davantage je décidais qu'il nous fallait consulter la bavaroise d'urgence. Ni une ni deux, nous avons foncé à travers les rues de la capitale et j'ai regretté à ce moment là de ne pas avoir les mêmes capacités que Franck Bullitt en matière de conduite automobile. La vie est injuste...

Garé sur le trottoir, nous avons grimpé les escaliers quatre à quatre et fondu sur Ipomée la secrétaire portugaise qui manqua d'avoir une attaque. Mais la lusitanienne a de la ressource et très vite remise de ses émotions elle tenta de nous barrer la route: "Ch'il fous plait, ché né pas pochible dé voir la docteure. Elle est en rendez fous..."

Utilisant lâchement Laora comme bouclier humain, je fis une feinte de passe et débordais tel un trois quart pour me jeter sur la porte du cabinet. Je m'attendais à trouver l'inénarrable monsieur Patate vautré sur le chesterfield, mais, surprise, Frida était seule, concentrée sur son ordinateur. Visiblement, "on " dérangeait. J'ai bien tenté de voir ce qui se passait sur l'écran du Mac, mais Frida, prestement, était revenu sur sa page d'accueil, un portrait de Sigmund Freud. So fun!

Moi " - C'est tonton Sigmund qui te met dans cet état?

Ma Psy - Mais gu'ezque fous vaites là? Gu'eszqui ze baze?" Puis s'adressant à sa secrétaire à travers la porte restée ouverte: " Za fa Ipomée, rien te crafe!" Cette dernière, à contre coeur semble-t-il, reposa le riot gun qu'elle avait sorti de sous son bureau et l'air frustrée vint fermer la porte.

Moi " - Bon Doc, désolé vraiment de t'envahir en pleine séance d'ouverture de tes chakras, mais y a urgence!

Ma Psy - Was?

Moi - Vas-y chevreau, raconte à Frid... " Et la lombarde refit le récit de l'émoi qu'elle avait ressenti en conduisant le fils de sa copine chez le coiffeur et en le faisant tondre. Au fur et à mesure que Laora avançait dans son histoire, je voyais le visage de la psy s'éclairer d'un sourire pervers...

" Tu ne trouves pas ça complétement fou? Pervers? Limite pédophile?

Laora - Ma tou ezagères toujours...

Ma Psy - Aber mein huhn... Les vandazmes zont vait bour za... 

Moi - Non mais oui, mais là, c'est la réalité! Elle a fait tondre ce pauvre garçon et elle en a joui...

Laora - Tou vois tout ezagère, jé souis jouste été essitée... Ma bien essitée.

pich4Ma Psy - Ze n'est kand même bas komme zi elle afait fiolé ce garzon. Z'est juzte un dransvers indellecduel, une imache qui aide à la zdimulazion. Moi bar exemble j'imachine barfois une zène où une cheune ville est oblichée bar za mère te ze vaire couper les jefeux bar une ponne zoeur. Za n'a bas te zenz, mais za m'exzide...

Moi - Et toi chevreau tu veux dire que lorsqu'on fait l'amour tu penses aussi à des choses comme ça?

Laora - Bien sour!

Moi - ... Mais alors c''est comme si tu pensais à quelqu'un d'autre que moi pendant ce moment là?

Laora - Ma non, c'est avé toi qué jé joui. C'est jouste qué ça mé fait lé plaisir plous fort.

Ma Psy - Hey liebe, ne me tis bas que du n'a chamais vais téviler des fantazme pendant que du faisais l'amour?

Moi - Non mais ... Moi je suis guéri... Et là... toutes les deux vous me faites peur." 

 

Illustration: Marie Gabrielle de Saint Eutrope - Pichard

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Ma Psy et Moi

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :