Frida à la rescousse

Publié le 11 Mars 2014

Louise1.jpg

Les apparences sont souvent trompeuses et je parirai bien que le kiosquier installé en face du porche de notre immeuble, à force de me voir aux bras de l'une ou de l'autre de mes égéries, quand ce n'est pas les deux à la fois, s'imagine que je suis un sacré bon sang de veinard.

Admettons le, il y a pire! Cependant il faut bien comprendre que partager la vie de deux femmes aux cheveux courts, dans tous les sens du terme, c'est à dire en considérant le fort caractère qui les anime, ne représente pas forcément la panacée pour un homme moyen tel que moi.

Depuis que nous formons ce trio hors du commun, j'avoue avoir eu les expériences les plus réjouissantes de ma vie et l'acceptation pour l'une et la révélation pour l'autre d'une dilection toute particulière pour les cheveux courts n'y était pas étrangère. Partageant ce plaisir peu courant, à la fois visuel et tactile, pour les nuques bien dégagées, mes chéries rivalisaient souvent l'une et l'autre pour nourir nos fantasmes à tous les trois.

Pourtant, à force d'être gâté pourri, il faut s'attendre à un effet de surdose parfois dramatique. Par chance, la fréquentation assidue d'une psychothérapeute bavaroise, m'offrait l'apaisement de quelques réponses à des interrogations existencielles souvent douloureuses...

Moi "- Je suis inquiet doc! Mais vraiment inquiet...

Ma Psy - Was ist los?

Moi - Je crois que je deviens assexuel... Enfin, je me demande. Tu vois je n'ai plus envie, plus de désir... et ça ne me manque pas.

Ma Psy - Mais keske tu me rakontes là.... Zurtout ne vas pas dire ça à l'italienne si tu ne feux pas qu'elle t'arrche les yeux.

Ne t'inkiète pas... Ça va passer.

Moi - M'enfin.... C'est tout ce que tu trouves à me dire? T'es gonflée tout de même... je me sens mal. Avant le simple fait de retrouver Laroa rentrant de chez le coiffeur m'aurait donné envie de lui faire l'amour, la seule vue de ta nuque fraîchement tondue m'aurait excité et de vous voir toutes les deux le plus souvent à poil dans l'appartement devrait maintenanir chez moi un état proche des symptômes du priapisme. Ben non!

Je crois que je suis victime d'une overdose.

Ma Psy - Hummm... Je crois que je vais te preskrire une soirée avec moi darling..."

 

Ça pouvait paraître prétentieux de sa part, mais Frida était capable de tout!

 

Modèle: Louise Donegan

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Ma Psy et Moi

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Flo 11/03/2014 19:08

Oui ne jamais sous estimer Frida : D

jeaneg 11/03/2014 19:50



Ahaha!