Fixettes, dilection, addiction et tutti quanti *(quineveutriendire)

Publié le 12 Novembre 2010

tumblr_l3vo196UeA1qa3rn0o1_500.jpg

 

Je lisais ce matin un article écrit par une journaliste, parlant des "fixettes" des hommes. Quel drôle de mot. Et d'énumérer les différentes lubies masculines en matières de goûts et de couleurs: La couleur des cheveux, la taille de la poitrine, les vêtements, etc. Et en écho à cet article hautement édifiant, quelques commentaires d'hommes ET de femmes se sentant concernés, du genre : Moi ma femme je l'aime blonde, si demain elle devient brune je la quitte! ( sic ) Arrrgh! Voilà une base sérieuse pour assoir un couple dans le pérennité.

Evidemment on tombe rapidement dans les clichés de la féminité vue par le supporter de foot basique, soit grosses fesses, grosse poitrine et cheveux long, le pamelandersonisme dans toute sa splendeur. Bon, soyons honnêtes, l'article est sur un ton léger, et s'appuie sur un ouvrage dont l'auteur nous assure qu'il suffit de se confronter à cette dilection pour éviter l'obsession, âbimes qui guette tout être victime de ces "fixettes" s'il n'y prend garde.

Néanmoins, le niveau des commentaires laisse un peu consterné, car c'est bien là qu'on se rend compte que l'homo sapiens de base, n'est plus que moyennement, sapiens.

 

"Pourvu qu'elle soit rousse" de Stéphane Rose

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :