Fin de semaine

Publié le 9 Octobre 2009

J'ai toujours bien aimé avoir le temps de flaner et d'observer les gens autour de moi. Tout ces gens, souvent affairés qui sont dans leur naturel. J'aime la beauté naturelle et de mon point d'observation je vois passer, en bon orpailleur, des pépites au milieu des graviers. Et cela me gonfle d'orgueil de constater certains jours, combien je suis entouré de gens "beaux". Bien sur, l'inverse me déprime.
Je me rend compte aujourd'hui que mon gout pour les femmes aux cheveux courts ne tient pas seulement dans leur coiffure. Tout est question d'allure, d'apparence vestimentaire, d'âge et d'harmonie.
Lorsque j'étais adolescent, comme beaucoup, je l'ai appris depuis, j'avais l'impression d'avoir la fièvre et parfois je tentais de voir, à travers les vitrines, de dévoiler l'intimité des femmes chez leur coiffeur. Surprendre une mèche roulant sur la blouse ou une nuque offerte au travail du figaro pouvait peupler mon imaginaire durant des jours.
A présent je sais ce travail vain et je n'arpenterai plus les rues de la ville pour couvrir toutes les boutiques de coiffeur. Je fais confiance au hasard qui me permet de surprendre une jeune femme au moment même ou je passe sur le trottoir d'en face lorsqu'elle sort d'un salon, les cheveux très très courts, le sourire aux lèvres et la main caressant la nuque, découvrant de nouvelles sensations. J'irai même jusqu'à l'interviewer, comme ça, dans la rue.



Et je suis heureux d'avoir atteint ce stade de sérénité, où la dilection sauve de la perversion.

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Tendresses

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

bizzie 11/10/2009 10:56


Belle dernière phrase doc ;)


dn 09/10/2009 19:53


Tu as parfaitement décrit ce que je ressens; si le net a permis de voir qlq jolies images , le live a qlqchose de plus que tu décris parfaitement.....