Filigrane

Publié le 19 Mai 2013

22meg22-hollywood22-1988-herb-ritts.jpg

Évidemment, de nos jours, tout le monde est en droit de se croire photographe, pour peu qu'il possède un appareil photo numérique avec lequel il n'a rien d'autre à faire que cadrer son sujet et appuyer sur le déclencheur. C'est pas faux, une sorte de vulgarisation de l'art en quelque sorte. Dire la même chose de la peinture à l'huile serait un peu plus osé. 

Mais allez donc tenter de vendre votre "Couché de soleil à Oléron" chez Sotheby's. Vous m'en donnerez des nouvelles... Pourtant il y a un véritable marché pour la photographie en tant qu'objet d'art. Il y a la notoriété de l'artiste, puis le sujet aussi et bien sûr la technique. Mais en réalité il y a surtout le coeur, l'envie, le sentiment qui dictent à l'acheteur le besoin de posséder ce qui pour lui représente le mieux, soit le talent du photographe, soit l'image que l'on a du sujet photographié, l'atmosphère qu'il inspire, le symbole qu'il représente...

J'ai découvert en cherchant à en savoir davantage sur cette photo d'Herb Ritts, qu'elle était estimée, selon les sources, entre 6000 et 10 000 €. Un travail argentique intitulé " Meg, Hollywood, 1988" tiré en format 50X40 cm. 

Bien sûr, chacun est libre de penser pouvoir faire la même chose, ou aussi bien, avec son apn, sa belle-soeur et le mur blanc du voisin. Là n'est pas la question. 

La vraie valeur de cette photo elle est pour moi dans l'image de cette femme androgyne, cheveux courts, coiffés dans un style garçon, jean, boots, ceinturon cuir, que des éléments qui font référence au masculin. Mais il s'agit bien d'une femme et pour ne pas en avoir le doute on dévoile son corps. Pourtant il n'y a rien d'artificiel j'imagine, rien de préparé. L'androgyne dans sa vraie nature, qui n'a pas vraiment besoin de justifier son genre, qui s'habille, se coiffe et pose comme un garçon, mais que l'on ne peut pas confondre pour autant. Eh bien c'est cette magie là que l'on voit sur cette photo et sans doute parce que Herb Ritts a eu le talent de montrer tout cela en photographiant "Meg" cela mérite bien que l'on considère son cliché comme une oeuvre d'art.

 

Photo: Herb Ritts

High Resolution

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost 0
Commenter cet article

Fabymary POPPINS 19/05/2013 18:40

suis bien d'accord avec toi et pour nous ce qu'on apprécie a forcément de la valeur.

Par contre faut bien reconnaitre que on te porte aux nues ou pas selon quelques "bien pensants" qui se disent "experts" dans leur domaine et font que tu vas arriver à être reconnu ou pas, et talent
ou pas d'ailleurs.

Un ami m'a dit récemment que PROUST a du faire publier avec ses deniers son premier livre, reconnu plus tard comme chef d'oeuvre, comme quoi.

jeaneg 19/05/2013 23:26







Kristinn 19/05/2013 14:51

Le talent du photographe... et la "présence" du modèle! ... ça parait tellement simple et fascinant ...