Fascination

Publié le 26 Août 2013

tamika-4-copie-1.jpg

Ce n'est pas réellement une confession si j'avoue, là tout à coup, être en proie à une certaine fascination quand je vois l'adresse d'un coiffeur taillant une chevelure pour obtenir des cheveux courts une texture proche de celle d'un pelage animal. Mais cette fascination est moins pour la technique que pour le résultat final. Bien sûr la métamorphose est toujours stupéfiante, c'est de l'ordre de la sculpture, comme une oeuvre éphémère sur une matière vivante, qui se transforme avec le temps. Et en soit cela est déjà fascinant.

Mais plus encore, le travail achevé, je suis fasciné par l'effet produit... dans tous les sens du terme. La matière, douce, veloutée, comme un tapis de soie qui attire le regard et la caresse de cette multitude de terminaisons tranchées nettes, comme un chaume souple et dru à la fois, qui chatouillent la pulpe des doigts...

Et puis surtout la personne qui se trouve ainsi transformée, nouvelle, rajeunie, rafraîchie, éclairée d'une autre lumière, requinquée, dynamique, conquérante... Je le vois des amies autour de moi, parce que je suis attentif à chaque détails, une étincelle dans le regard, quelques doigts qui se posent sur la nuque, un sourire au coin de la lèvre lorsque la main tente d'ébouriffer en vain les cheveux qui retrouvent immédiatement leur pli. Ce plaisir là me fascine...

Que le diable me patafiole, il y a longtemps, que sans vergogne, je ne cherche plus à me l'expliquer, ni à justifier le plaisir d'aimer les belles personnes et les jolies choses.

 

Photo: Adam Ciaccia

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :