Encore des cous à tordre

Publié le 19 Mars 2011

baiser.jpg

Assis à la terrasse de mon café favori, je dégustais tranquillement mon cappuccino en compagnie d'une amie de longue date, acquise depuis longtemps à mes opinions en matière de femmes aux cheveux courts. Nous avions été amants et il en restait une certaine complicité amicale. Troublant à peine ma sérénité, une de ses copines vint se joindre à nous, encombrée de quelques sacs, révélant une après midi de shopping. Après quelques civilités d'usage j'abandonnais les filles à leur discussion, me concentrant sur le spectacle des gens qui passent. Jusqu'à ce que, comme un mot clé alertant le système Echelon, mon attention se porte à nouveau sur mes compagnonnes qui abordaient le sujet de leur coiffure. Mon sang ne fit qu'un tour lorsque, dans leur dialogue j'entendis la copine dire à mon amie que les cheveux courts :"On a beau dire, des fois, quand même... Ca fait lesbienne". A ces mots, mon amie me glissa un regard à la dérobée, mi-figue mi-raisin, attendant ma réaction qu'elle savait immanquablement arriver. Je commençais par lui faire remarquer que mon amie, sa copine, bien qu'ayant la coupe plutôt " bien dégagée derrière les oreilles" était tout ce qu'il y a de plus hétéro, ce qui fit rougir la copine qui réalisait que sa sentence péremptoir sur les homosexuelles n'était sûrement pas ce qu'elle avait dit de plus intelligent dans sa journée.

Les exemples ne manquant pas, je poursuivi en lui explicant qu'une orientation sexuelle n'est pas forcément stigmatisée par une apparence et que l'on confond trop souvent les causes et les effets, à savoir que ce n'est pas parce qu'une femme porte les cheveux courts qu'elle est "lesbienne" mais dans certains cas l'inverse... Et que de doute façon c'était tout aussi con de dire ça, que d'affirmer que les hommes à moustache sont tous gay. La copine étant rentrée toute entière dans ses petits souliers, mon amie éclata d'un rire franc et désamorça la situation en invitant sa copine à l'accompagner à son prochain rendez vous chez le coiffeur. Une proposition qui, j'en suis persuadé, restera sans effet, car, Brassens l'a dit, quand on est con, on est con!

 

Photo: Flo Caram et Magdalena Ramirez

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :