En plein coeur

Publié le 2 Août 2013

mediteranneenne.jpgIl y a des blessures plus létales, bien sûr... une balle dans le coeur, un coup de couteau à la gorge. Lorsque ça arrive, le sang s'écoule et la vie s'en va... et rapidement on meurt.

Et puis il y a des blessures fatales qui tuent sans oter la vie, alors il faut mourir le reste de ses jours en lêchant cette plaie qui suinte mais jamais ne guérit.

Des jours plus que d'autres je le vois mourir un peu. Ces jours là à travers ses yeux c'est comme une image en filigrane de ses jours heureux. Ils étaient beaux l'un et l'autre et ils étaient beaux ensemble. Ceux qui les cotoyaient ne s'empêchaient jamais d'envier ce bonheur qui transpirait sans penser que la vie puisse être si injuste avec eux mêmes...

C'est comme s'ils avaient eu leur part, plus que leur part même. Un jour, de ce soleil radieux la vie a fait un ciel de pluie dans un orage et son bonheur s'en est allé. D'un seul coup.

Depuis, je le vois bien, il meurt, incapable de surmonter sa douleur. Nous partageons alors l'alcool, comme une morphine qui adoucirait la souffrance en attendant la fin et il devient lyrique pour faire revivre les souvenirs et c'est comme si je la revoyais, elle, dans sa blondeur solaire, ses cheveux courts en bataille, riant.

Je ne parviens pas à l'empêcher, je le vois presque heureux lui aussi... juste avant de sombrer à nouveau dans le désespoir d'avoir perdu son amour pour toujours.

 

 

 

          

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Tendresses

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :