En l'absence de Frida, les travaux continuent

Publié le 18 Août 2012

short-undercut-ombre-hair-2012.jpg

Le départ de la blonde pour ses pâturages tyroliens avait provoqué un calme surprenant. Le désarrois des premiers jours avait cédé la place à une ambiance de vacances pour nous aussi qui restions dans la grande ville. Laora persistait à s'habiller avec ma garde robe et perfidement elle m'avait offert de piocher dans la sienne sans me gêner...

J'étais un peu stupéfait par l'acharnement qu'elle mettait à se faire couper les cheveux toujours très courts et à entretenir sa coupe de façon régulière, m'entraînant à chaque fois avec elle. Cela donnait bien sûr un bonus particulier à son style, cette fois résolument androgyne. Et je finissais par me dire que pour un peu j'étais presque "normal" en comparaison du fétichisme dont elle faisait preuve. Enfin c'est ce que je croyais parce que de son côté la transalpine niait absolument, s'obstinant à dire que ce n'était qu'une question de style, que de toute façon elle avait toujours été une femme sophistiquée et que, masculin ou féminin, un style ne supporte pas le négligé. Des arguments auxquels je souscrivais bien sûr, mais je sentais bien, moi, qu'avoir la nuque tondue provoquait chez elle une émotion particulière. 

Finalement, depuis le temps, entre Frida, la psy la plus allumée que j'ai jamais rencontrée et Laora la fashionista fétichiste, j'avais toutes les raisons de me croire "normal"...

Du coup, j'avais hâte d'annoncer cette nouvelle à Frida, qui dans un message laconique nous promettait un retour imminent.

 

Coiffure: Carl Keeley

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Ma Psy et Moi

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :