Elucubration

Publié le 13 Octobre 2009

Deux choses l'une. Si je lui pose la question, Frida va adorer ou me foutre à la porte de son cabinet. Mais cette question me taraude l'esprit: Pourquoi fichtre depuis la nuit des Temps est ce que l'on a crédité la chevelure de la femme d'autant de symbolique?
Si bien qu'aujourd'hui encore la question à même un aspect religieux. Outre cette facette spirituelle, il pourrait y avoir un avis scientifique, du genre chimie comme celle que l'on rencontre lorsque deux être humains sont en phase et s'érotisent avant de faire l'amour...
Mais pourquoi diable dans ces conditions ne trouverait-on pas autant de pouvoir dans la chevelure masculine? Est-ce simplement sociologique? Il faut dire que depuis les Mérovingiens, l'homme n'a pas eu beaucoup d'alternative en la matière..Mais je m'égare.
Au-delà de la chevelure luxuriante qui dégouline sur les épaules en boucles suaves, ce n'est plus un secret, ce qui m'attire c'est ce qui est caché. La nuque, haut lieu érotique, mais aussi, l'arrière de l'oreille, et puis en dehors de la sensibilité, il y a l'expression, le front dégagé, le regard clair, le visage nu, l'allure qui s'en trouve modifiée...
Je l'entend déjà ma psy: Maiz mon jeeer dou est guesdion de véminidé. Et la véminidé est kulturelle. Et blablabla... Il va falloir que je bataille dure pour faire admettre que la culture évolue et que, bon sang d'bois, on devrait faire des efforts pour arrêter le concept.
Je me demande si c'est bien raisonnable de brancher Frida sur le sujet...?

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :