Elisabeth, portrait en blond

Publié le 6 Novembre 2013

223133 10150278209283430 7999297 n

Blonde comme une pub pour un baume norvégien, un corps d'athlète, forgé par le sport et le grand air, elle pourrait sembler inaccessible, de ces femmes, belles, qui agacent, qui intriguent...

Elle même était intriguée, plus jeune, par l'androgynie de son allure, de son visage, de son caractère. On est toujours agacé, ado, quand les gens ne savent pas comment vous qualifier, moitié beau gosse, moitié jolie "tomboy". C'est le temps qui montre le chemin et reconcilie le corps et l'âme. 

Sa blondeur rendrait jalouse la poupée de Mattel. Un blond-blanc très scandinave, avec des racines naturellement plus chatain, de quoi énerver bien des femmes. Elle n'en joue pas. C'est le soleil et la mer qui délavent ses cheveux fins. Très courts, plus longs ou même trop longs.

Il y a de la gravité dans ce visage au regard d'azur. C'est un peu son armure, ce qui la protège de trop de séduction ou de fascination. C'est le lot de l'Androgyne, presque déesse, qui doit apprivoiser sa solitude entre les mortels et l'Olympe.

Pour illuminer son visage il lui faut l'écume de l'océan qu'elle aime surfer ou l'encolure d'un pur sang qu'elle mène au galop.

Elisabeth trace sa route, déterminée comme une femme aux cheveux courts...

 

 

Photo: Elisabeth Kalbfleisch

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Tendresses

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :