Dramatique et fascinant

Publié le 22 Juin 2012

J'ai toujours éprouvé une sorte de fascination, peut être de l'admiration, à voir une jolie femme accomplir un acte qui véhicule autant de symboles. C'est à la fois quelque chose de terrible et de joyeux, comme l'émergence d'un papillon sortant de sa chrysalide. On imagine bien que la tache est rude, avant qu'il puisse déployer ses couleurs et voleter dans l'air chaud, il lui faut se contorsionner, s'extirper, sans doute douloureusement de son enveloppe rigide et rugueuse. 

Les images pourtant sont sensuelles, quand les doigts courent à travers la matière, découvrant les cheveux tranchés, si courts que l'on sent la peau de son crane et ces lames d'un acier usé qui mécaniquement et sans hésiter déchirent les mèches, une à une. Enfin la matière, devenue inutile, gisant sur le sol, comme l'enveloppe morte de l'ancienne chenille.

Mais avant la renaissance et l'épanouissement, j'imagine la peur et le doute, le vertige que peut provoquer la décision lorsqu'elle est prise. On pense à soi bien sur, à son image par ce qu'il faut se plaire, mais aussi forcément à ce qu'elle va projeter sur les autres. En sortant du cadre il va falloir s'exposer, se montrer nue, tel que l'on est, sans fard et sans artifice... 

La dramaturgie accomplie, toutes les tensions s'apaisent et enfin le nouveau visage exulte, comme soulagé d'une panoplie de conventions dont on est enfin débarrassée.

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Divers & variés

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :