Dimanche matin

Publié le 13 Décembre 2009

3938084749 26dc7ebe64 b
L'instant est furtif, soudain, inattendu...Dans le confort des draps de coton blanc, après une nuit de corps à corps et de sommeil lourd, la lumière du jour ramène le quotidien.
Elle est là, tout près, si près que la chaleur de sa peau nous rappelle les combats de la veille. Son dos s'est creusé et le sillon de ses reins se prolonge, remontant entre les ravins de ses omoplates et menant tout droit vers cette nuque adorée où les cheveux blonds en bataille n'ont pas le loisir de camoufler les tendons saillants.
Il faut s'arrêter là, capter ce moment comme un don, une bonne fortune, et le graver dans son coffret à souvenirs, pour toujours, quoi qu'il advienne...
Dans une seconde elle va tourner la tête, mais avant qu'elle en ait la tentation, les doigts vont courir sur la peau de son dos, contourner les saillants, glisser dans les creux, comme une reconnaissance avant que les lèvres ne viennent sur le même itinéraire. Jusqu'à atteindre la naissance des cheveux, là où ils sont le plus court, juste là à cet endroit où les lèvres et les baisers ne suffisent plus à notre délectation. Les doigts écartés remontent à travers les mèches plus longues faisant ployer le cou et d'une tendre morsure on irradie tout le corps qui soudain tremble et frissonne...


Rédigé par jeaneg

Publié dans #Tendresses

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :