Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les femmes aux cheveux courts

Humeurs et états d'âme d'un amoureux des femmes aux cheveux courts.

Des jours meilleurs

Paul-Wolf.jpg

Il y a fort fort longtemps, un courant irrésistible a entraîné la société toute entière dans un élan jusque là inconnu. La guerre était passée par là, comme pour sceller définitivement le changement, comme si toute cette horreur avait fait prendre conscience aux hommes et aux femmes que l'essentiel était ailleurs...

Du coup on aurait presque pu croire à une vraie parité. La mode et les tendances ont aidé à "visualiser", mais les mentalités changeaient réellement. Au mépris de la Loi, les femmes se sont mise à porter des pantalons, à fumer en public. Et puis aussi elles ont coupé leurs cheveux. Ca n'a l'air de rien aujourd'hui, on ne l'imagine plus, mais la révolution a été violente avant que l'on puisse voir côte à côte, presque identiques cet homme et cette femme partager le feu pour leur cigarette. Le symbole aurait été parfait si en plus la femme avait été au volant, mais ça... Enfin on était bien parti!

Et puis catastrophe, une autre guerre, différente, est venue tout rebouleverser. Et sitôt terminée, c'est comme si la société était victime d'un accident spacio-temporel. L'homme reprenait le manche et replongeait la tête de la femme dans le seau ménager, parfois même après l'avoir tondue, juste histoire de lui rappeler qui était le maître. Et je crois que de cet accident, malgré les progrès indiscutables, la femme a encore du mal à se remettre.

 

Photo: Paul Wolf

Retour à l'accueil

Partager cet article

À propos

jeaneg

Certains y voient du fétichisme. Il ne s'agit que de dilection. Outre l'apparence, c'est aussi le caractère des femmes aux cheveux courts qui me séduit.
Voir le profil de jeaneg sur le portail Overblog

Commenter cet article

bérengère 09/02/2013 11:41

La "tonte"..quel puissant symbole!
Oui,des "progrès indiscutables".Et pourtant.. pourtant,la femme doit mener un combat,une véritable bataille pour accéder à certains droits,certains statuts. Elle doit être guerrière,battante,pour
ne pas effectivement se noyer dans "le seau ménager".Tout a toujours été question de lutte (il faudrait remonter jusqu'à la nuit des temps et lister tout ce qui a été chèrement acquis).Il est
encore,en 2013, des endroits du globe ou il n'est pas souhaitable de naitre fille. Et plus proche,si l'on observe,que l'on ouvre ses oreilles,il n'est pas rare d'entendre :" c'est pas un métier
pour une fille,ça!" ou dans les cours de collège "t'as vu la fille,elle a les cheveux courts,c'est une lesbienne" ou "garçon manqué" (donc,si je traduis,une fille qui aurait des "allures de garçon"
ce serait un garçon,mais qui aurait été râté,en quelques sortes,un "sous-garçon"),ou les blagues sexistes des collègues,qui,sous couvert de blaguer,n'en pensent pas moins.Il faudrait peut-être plus
d'une guerre,alors,pour changer tout ceci (malgré,je le reconnais,de vraies "révolutions")..

jeaneg 09/02/2013 13:59



Merci Bérengère. Ce commentaire, comme ceux de quelques autres, enrichit le bloget amène la réflexion...