Des idées nouvelles

Publié le 17 Juillet 2012

liucija.jpg

J'attends avec impatience l'étude sociologique qui sera menée un jour sur l'influence de la coupe du monde de football 1998 sur la vente aux particuliers de tondeuses électriques. L'effet "Barthez" dont toute la presse s'est fait l'écho à cette époque, semble avoir eu des répercussions insoupçonnées... Première conséquence, l'outil jusque là réservé aux seuls professionnels du coupage de cheveux se retrouve entre les mains de monsieur-madame Toutlemonde. Quelques familles nombreuses en avaient déjà l'usage,mais cela demeurait un peu confidentiel. Monsieur et junior sont en ce temps là les seules victimes à déplorer. Barthez le prophète a montré la voie, c'est boule à zéro pour tous.

41iZduB6jOL. SL500 AA300La demande ayant une influence directe sur l'offre, on trouve rapidement dans les rayons des supermarchés, pléthore de modèles, tous n'étant pas aussi performants que ce que l'on pouvait espérer. Si bien que le résultat, dans la rue, apparaît très inégal et en tout cas pas très sophistiqué. Les coiffeurs et coiffeuses du dimanche se contentant, parfois, comme le montre la notice, de jongler avec les sabots de plastic pour tenter de donner forme à une coupe de cheveux qui s'apparente définitivement à la tonte du mouton sur les hauts plateaux patagon. 

Mais l'effet domino est enclenché. La tondeuse à présent bien rangée dans le placard de la salle de bains est à la portée de tous... et de toutes.

Conséquence inattendue, aujourd'hui un mouvement de tendance qu'on englobe un peu facilement sous le terme "d'undercut", se développe à une allure folle, simplement parce que l'ustensile qui va permettre de réaliser ses envies se trouve là, à la maison et que les plus audacieuses ne vont plus attendre un rendez vous chez le coiffeur pour passer à l'acte. Et le résultat est souvent stupéfiant!

Si bien qu'on pourrait considérer que l'on doit à un footballeur cette nouvelle liberté qui permet à chacun(e) de rafraîchir sans scrupules sa nuque entre deux rendez vous chez Figaro ou de créer sa coupe la plus folle sans avoir à supporter la moue dubitative de la coiffeuse spécialisée bigoudis.

Et tout ça en à peine... 10 ans. Pas mal non?

 

Modèle: Liucija Liuko

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :