Confidences

Publié le 24 Septembre 2012

GraceAdams.jpg

En lisant le message récent d'une amie cette idée m'est revenue en tête. C'est vrai, un peu obsédé par les cheveux courts, les jolies nuques et les oreilles dégagées, j'en oublie parfois que j'aime aussi la matière, la brillance, la souplesse, la douceur d'une belle chevelure entretenue. Parce qu'en fait l'essentiel c'est bien d'avoir du style et d'être un minimum sophistiqué. J'ai du le dire déjà, mais il n'y a vraiment que l'idée d'une tignasse choucroutée façon Armande Altaï qui me mette le coeur au bord des lèvres. Pour le reste je veux bien admettre que les cheveux courts ne vont pas à tout le monde et certaines ont raison de les garder longs. Tout est question de mesure...

Ce qui m'est revenu à l'esprit en lisant le mail de cette amie, c'est qu'il y a une chose que je ne pourrais sans doute jamais exprimer, ne l'ayant jamais ressentie. Et j'avoue que j'en éprouve une certaine frustration. Mais en le voyant parfois je tente d'imaginer à quel point cela doit être agréable, délicat, sensuel et presque excitant de sentir la masse souple et soyeuse de ses cheveux balayer le haut de ses épaules ou le creux de ses omoplates... Bien sûr pour cela j'imagine une matière épaisse et lissée, aux pointes parfaitement taillées. Quelques frisottis vaporeux ne feraient pas du tout l'affaire, non plus que de grosses boucles cartonnées par un quelconque produit chim... euh cosmétique.

Et voyant cette matière glisser au rythme des mouvements du corps, monter et descendre en suivant l'inclinaison de la tête, être soulevée par une main lascive et retomber avec souplesse pour reprendre exactment la même place tout en caressant la peau nue des épaules ou de la nuque... J'avoue que cela m'émeut...

 

Photo: Grace Adams

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :