Compañera

Publié le 10 Juillet 2011

yosoylete.jpg

Parmi les armes parachutées il y avait un fusil à lunette. Un bon vieux M24 US, une carabine Remington 700 que je connaissais bien, avec son optique Leupold. J'avais bien une idée derrière la tête, mais il fallait laisser Roberto, le chef, décider lui même de l'affectation des armes nouvelles. Je me contentais donc d'énumérer les qualités requises pour un tireur de précision, pour ne pas laisser Roberto sur cette idée fausse que le gabarit du tireur doit correspondre au poid de l'arme. Patience, détermination, intelligence, initiative, sang froid et persévérence. Toutes les qualités d'un chef devaient animer un bon tireur de précision et déjà je voyais qu'il pensait à la même personne que moi. Il fit mine de réfléchir un instant puis lâcha :" Maria!"

Maria avait le regard pétillant d'un enfant devant les jouets sous le sapin de Noël. Mais très vite elle reprit une attitude plus martiale et avec des gestes précis elle empoigna le fusil, le soupesa, vérifia la culasse et l'épaula. Ses mèches brunes qui recouvraient la crosse contrastaient soudain avec sa nuque rasée. Elle se tourna vers moi, relevant le menton, toujours dans cette attitude de défi, et lança fièrement: " Vamos gringo, montre moi, apprend moi". 

C'est ce jour là je crois que l'histoire a vraiment commencée...

Photo: Pol Bassal

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Nouvelles et petites histoires, #Maria

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :