Comme un singe en hiver...

Publié le 17 Janvier 2012

Benoit.P.jpg

Elle, c'est une princesse. Dans ses rêves elle parcourt des horizons de ciel lumineux et de terre ocre. Elle chevauche un pur sang noir et lustré au riche harnais de cuir rouge et ainsi équipée galope avec sa troupe dans les collines de grès doré et vermeil de l'Arabah. Les froufrous, les falbalas ce n'est pas pour elle. Son palais n'est pas de marbre et de riches colonnes, il est fait de grands espaces et de voûtes étoilées...

Elle le sait, un jour sa vie sera comme ça. Loin des lumières de la ville et des artifices de fêtes, ce théâtre minable et mesquin où l'argent seul donne l'illusion de vivre. C'est moins du mépris que de l'indifférence qu'elle ressent pour celles dont le rêve est esthétique, imitant les bimbos qui s'alanguissent aux pieds des chanteurs noirs...

En attendant, elle remonte son col sur ses cheveux courts, enfonce ses poings dans les poches de son anorak et remonte l'allée des platanes... vers Aqaba!

 

"Ainsi, en Chine, l'hiver, des singes égarés se réfugient dans les villes. Quand ils sont assez nombreux, on chauffe un train pour eux et on les renvoie vers leurs forêts natales."

 

Photo: Benoit Paille

Citation:  Antoine Blondin, Un singe en hiver, Paris, Gallimard, "Folio", 1973

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Tendresses

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :