Comme par hasard

Publié le 1 Avril 2010

rc_102h.jpgLa force de l'habitude sans doute? Toujours est-il que ce jeudi était devenu un jour dédié à la réflexion personnelle, Frida ou pas, psy ou non. Cela n'avait rien à voir avec notre rapprochement soudain et inattendu, Laora et moi. Pour avouer les choses simplement, cette fille m'avait tapé dans l'oeil. Et tout le paradoxe résidait là. Après des années d'analyse pour chercher à comprendre pourquoi seules les femmes aux cheveux courts occupaient toute la place dans ma libido, voilà que la première lombarde venue foutait tout en l'air...Enfin, tout, pas vraiment. Comme elle était au fait de mon trouble, elle savait parfaitement jouer avec ça durant nos ébats et nous étions en route pour filer le parfait amour.

Mais on ne se refait pas. L'intimité grandissant, des questions existencielles remontaient à la surface de mon cortex...

Moi-" Tu sais quoi Laora?

Laora- Che fa tesoro...

Moi- Eh ben vois tu, aujourd'hui, presque apaisé, figures toi que je pense à ma soeur...

Laora- Che cosa, tou as oune sorella?

Moi-...J'avais. Elle est morte il y a près de 20 ans. Mais nous étions assez proche quand nous étions enfants, nous avions 2 ans de différence. Et du coup tu comprends, mes histoires avec le coiffeur tout ça, elle les a connues elle aussi. Mon père l'amenait chez le coiffeur des hommes, parfois ma mère lui coupait les cheveux aussi... Et je me demande aujourd'hui ce que nous pourrions en dire si elle était là. Peut être connaisait-elle les mêmes troubles que moi? Nous n'avons jamais eu l'occasion d'en parler. Aujourd'hui on pourrait le faire, mais elle n'est plus là.....

Laora- Tou es triste darling?

Moi- Triste non, un peu nostalgique, un peu frustré peut être...

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Ma Psy et Moi

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :