Clair de lune

Publié le 18 Janvier 2014

jean-seberg-colour-off-duty.jpg

Je crois que j'ai rêvé d'elle, souvent. Peut être même les premières fois sans savoir qui elle était. Je ne me souviens pas si j'étais amoureux, je ne le crois pas, non, elle était simplement une icone, un idéal. J'aurais aimé partager ses vacances, sur la Côte lorsqu'elle s'appelait Cécile, ou faire le voyou dans Paris lorsqu'elle était Patricia. Dans mes nuits sombres elle était toujours en couleur, sa blondeur cendrée, son teint d'enfant, son short en jean de garçon manqué ou sa robe noire de jeune fille bon genre, défilaient comme une farandole de gourmandises. Tout me semblait parfait, chaque  expression du visage, chaque geste que je l'avais vu faire, revenaient pour mon plaisir.

Je la voyais aussi dans son armure de petit soldat aux cheveux tondus, sublime héroïne au regard fiévreux et l'ambiguité de son allure me troublait parce que la sachant femme je la voyais presque garçon...

Le doute pourtant n'était pas possible, elle avait de trop jolies manières, même avec son Tshirt du Herald. Et j'étais à chaque fois subjugué par ce rire espiègle ou ce sourire énigmatique. Ce qui faisait toute la différence, c'était ses cheveux courts. Peut être que pour la première fois je voyais à quel point cela me fascinait de trouver jolie une nuque bien dégagée alliée d'une sensualité féminine.

Au delà mon rêve se perdait. J'avais mon idéal féminin pour toujours et Jean Seberg n'aurait pour moi jamais plus de 21 ans... jamais.

 

 


Rédigé par jeaneg

Publié dans #Tendresses

Repost 0
Commenter cet article

Kristinn 18/01/2014 11:45

Pour moi c'est plus qu'une image dans une film, c'est aussi un parcours de femme, en dehors des plateaux de cinéma... :)

jeaneg 18/01/2014 17:16



Amen!