Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les femmes aux cheveux courts

Humeurs et états d'âme d'un amoureux des femmes aux cheveux courts.

Ce n'était pas vraiment la brume...

Naude-Allegretti-Prates.jpg

C'était une atmosphère étrange, un vent chaud venait du large mais le ciel était opaque et la mer calme. Il était adossé à la palissade qui protégeait la dune et n'attendait rien ni personne. Le regard disponible il observait deux goélands qui se disputaient sans doute un poisson mort, tandis qu'un troisième hurlait en planant au dessus d'eux...

Elle est arrivé d'on ne sait où et défilait à présent devant lui, pieds nus, le jean relevé jusqu'au mollet, son chemisier flottant un peu dans l'air. Un corps mince, tout en longueur, comme son cou, souligné par ses cheveux très courts.

A mesure qu'elle s'approchait il se sentait nerveux. Elle gardait ses lunettes de soleil malgré le temps gris et cela l'empêchait de voir son regard. Le regard c'est important, ça laisse voir les intentions parfois... Cette fois elle venait résolument vers lui et il en arrivait presque à retenir son souffle. Il la trouvait belle. Triste.

Elle s'est assise près de lui, tout près, il sentait son parfum malgré la brise. Elle a enveloppé ses genoux serrés avec ses deux bras, en regardant la mer. Il voulait faire le moins de bruit et de geste, comme un promeneur qui surprend une biche dans un sous bois. Demeurant figé il jetait son regard, furtivement, sur elle, la voyant de trois quart arrière. Elle collait son menton sur ses genoux et sa nuque se creusait et ses cheveux tondus laissaient voir la peau claire. Comme il ouvrait la bouche, avant même qu'il parlat il entendit sa voix. Une voix un peu grave, rauque, qui traçait un nouveau trait de sa personnalité et la lui rendait encore plus désirable. Elle parlait sans le regarder mais il lui fallut un moment avant de réaliser qu'il ne comprenait pas ce qu'elle disait. C'était comme une musique, un accompagnement. Elle parlait, parlait sans discontinuer et ce flot de paroles étrangères se conjuguait avec le ressac à quelques mètres d'eux, et les ricanements des mouettes...

Il a ouvert ses bras et elle est venu se pelotonner contre lui. Il l'a serrée, ses cheveux sentaient bon. Son regard entier s'est troublé, une larme est venue sur sa joue... Il avait tellement peur de la perdre.

 

Photo: Naudé Allegretti Prates

Retour à l'accueil

Partager cet article

À propos

jeaneg

Certains y voient du fétichisme. Il ne s'agit que de dilection. Outre l'apparence, c'est aussi le caractère des femmes aux cheveux courts qui me séduit.
Voir le profil de jeaneg sur le portail Overblog

Commenter cet article

Fabymary POPPINS 21/05/2013 16:04

quel beau texte !!! merci