Après la guerre

Publié le 19 Mars 2013

Jerome-Jerome-k.jpg

Je me souviens d'elle, je la revois sur ce marché...

 

Nos chemins s'étaient déjà croisé, elle avait la même silhouette, légère et dégingandée, les mêmes cheveux courts taillés un peu sauvagement, une éternelle cigarette collée aux lèvres. Le parfum du tabac brun valait souvent mieux que l'atmosphère que nous respirions. Elle n'avait, partout où elle allait, qu'un Moleskine noir et un vieux Leica.

Je ne me rappelle pas l'avoir jamais vu sourire. Pourtant elle n'avait pas l'air malheureuse. Juste concentrée, comme si elle se chargeait d'endosser toute l'horreur qui s'offrait à ses yeux, l'assimiler, la digérer et en garder le souvenir pour le recracher quelques milliers de kilomètres plus loin, entre un jeu et une série américaine ou en page 4, après l'accouchement d'une princesse ou la victoire d'un footballeur...

 

Deux obus de mortier avaient déchiqueté une dizaine de femmes, d'enfants et de vieillards quelques minutes à peine auparavant et les secours pataugeaient encore dans le sang et les chairs. Son visage était fermé mais qui la connaissait voyait tout de même la rage que ces moments là faisaient naître dans son coeur...

 

Personne ne lui avait jamais demandé ce qu'elle ferait, après. Est ce que, vivant, on peut survivre quand on a connu tout ça? Il faut écrire, montrer les images disait-elle et puis elle te fixait de son regard clair et s'échappait en comprenant que toi non plus, tu n'y croyais pas...

 

Photo: Jérome K

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Divers & variés

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :