Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Humeurs et états d'âme d'un amoureux des femmes aux cheveux courts.

A la fontaine

sante d'orazio

Je me souviens de cet instant précis. C'était à la fontaine. Nous avions marché dans la chaleur de juillet, grimpant escaliers après terrasses dans ce village de l'arrière pays, orné de jarres ocres où s'enracinaient des aloès démesurés. Un filet d'eau claire s'écoulait d'un tuyau en cuivre sortant d'une borne de pierre et remplissait un petit bassin au pied d'un mur taché de lichen. Elle a laissé glisser sa sandale et troussé sa robe pour plonger un pied dans l'eau fraîche... A l'ombre des platanes l'air était moins brûlant mais sa peau luisait un peu de transpiration. Une peau dorée à l'or fin. La tête ainsi penchée, la courbe de sa nuque absolument dégagée, conjuguée à son décolleté généreux ont subitement chassés toute sensation de fraicheur pour moi. J'aurais voulu être peintre pour sublimer à jamais cet instant et le reproduire à l'envie, tantôt aquarelle où il aurait la douceur du pastel, tantôt gouache où la pointe de mon couteau aurait sculpté toute la puissance de ce corps féminin et exprimer l'immense désir suscité par cette chair tiède, cette cuisse, ces seins, autant de fruits mûrs...

Photo: Sante d'Orazio

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :