Dans mon cartable...

Publié le 12 Septembre 2009

Depuis le temps, j'en ai accumulé des souvenirs et des photos. De tout. Et puis en 2000 j'ai accèdé à l'Internet. C'est comme si d'un seul coup je pouvais ouvrir une porte sur un monde inconnu. Subitement j'ai pu entrer en contact avec des gens comme moi, amoureux ( fou parfois) des femmes aux cheveux courts. D'un seul coup je me suis rendu compte que nous étions des milliers, voir des millions à travers le monde.
J'ai découvert aussi que les femmes avaient ce gout pour les cheveux courts, voir très courts. Pour elles-mêmes, mais aussi pour d'autres femmes ou pour les hommes. Une révélation, car je pensais jusqu'alors que ce gout était tout masculin. J'ai pu discuter avec plein de gens, apprendre, échanger...Et finalement me libérer d'un poids énorme. Imaginez, depuis l'adolescence comme parfois on peut se trouver "bizarre" à n'avoir d'intérêt que pour les femmes aux cheveux courts. Depuis, tout cela me semble "banal". J'arrive à en discuter librement avec tout un chacun, il n'y a pas de complexe, de honte, sentiment ambigus.
Ce qu'il y a de bien avec Internet c'est que l'on a accès à presque tout. Dans le temps je devais me contenter des magazines ou de la télé pour découvrir de nouvelles sensations. Découvrir la une d'un magazine féminin avec un mannequin aux cheveux courts suffisait à mon bonheur.
Voir Audrey Hepburn sacrifier ses cheveux en entrant dans les Ordres ( Au risque de se perdre- The Nun's Story de Fred Zinnemann 1959) pouvait alimenter mon cinéma personnel durant des nuits.
Aujourd'hui, si je veux voir n'importe quel extrait de film je vais visiter Youtube ou Dailymotion. Si je cherche à me rappeler de tel ou tel mannequin je vais interroger Google. C'est presque trop facile. Mais tant mieux.













Rédigé par jeaneg

Publié dans #Tendresses

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :