Comme un baiser sur la nuque

Publié le 29 Août 2009

Délicate, délicieuse, fine et paraissant si fragile, la nuque a elle seule pourrait être le siège de mon trouble le plus profond. Parfois à peine dévoilée par un geste de la main, parfois impudiquement exposée par une coupe millimètrée, la nuque d'une femme attirera toujours mon regard. Et ces deux piliers creusant entre eux un sillon qui remonte à l'occiput sont comme fait exprès pour recevoir des baisers, puis la caresse où les doigts finissent par fourrager dans les mèches plus longues. Est ce par inconscience de ce pouvoir érotique que les femmes laissent encore leur nuque voilée par leur cheveux? Ou plutot connaissant sa puissance elles veulent nous épargner. Ah! Démone...

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost 0
Commenter cet article