Publié le 10 Septembre 2016

"Pupu"      Nathalie        Constance       et Kim

"Pupu" Nathalie Constance et Kim

Enfin presque l'heure. Dans deux semaines, deux petites semaines qui vont paraître trop courtes aux unes et trop longues pour nous.

Le 22 septembre prochain, Les Paper Boat Sailors appareillent pour une croisière vers les étoiles, une soirée entière consacrée au lancement de leur tout premier album. Rien d'un aboutissement, mais plutôt un départ vers de nouvelles aventures.

Je les ai donc retrouvé ce matin là, pour tâter un peu leur état d'âme du moment, en cette veille de grand plongeon...

C'est un peu comme la veille d'une rentrée des classes. Mais si, rappelez vous. Bien sûr il y a les cahiers les crayons et tout le toutim. Les emplois du temps, les inscriptions diverses, toussa toussa. L'excitation et le stress mélangé, la hâte de chausser les souliers neufs et la mélancolie en voyant les mèches blondies par le soleil et la mer, dégringoler sur le carreau du coiffeur qui vous fait la coupe "back to school"...

Pour l'équipage du bateau en papier, pas de chaussures neuves. Néanmoins, si les préparatifs "techniques" occupent bien les esprits, elles ont toutes en tête l'évidente intention d'une "freshcut" pour ce soir là.

Kim se sent au bord de la détresse capillaire, Pupu fait confiance au coup de tondeuse de sa soeur, Constance songe à les avoir un peu plus longs, ce qui n'exclut pas un rafraîchissement pour l'occasion et Nathalie se demande si elle ne va pas en profiter pour se refaire "le petit bol" qu'elle avait auparavant...

Et... comment vous dire? Je ne suis pas étonné, tellement je sais à quel point une femme aux cheveux courts retrouve force, énergie, dynamisme et confiance en elle par la magie d'une "simple" coupe de cheveux.

Kim et "Pupu"

Kim et "Pupu"

Rendez vous donc le 22 septembre à La Grande Plage Bohême, dès 18h30, pour cette soirée de lancement du premier CD des Paper Boat Sailors

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Repost0

Publié le 7 Septembre 2016

L'héritage de Sôsuke

Mais si, vous savez bien, le petit garçon héros du film d'animation du maître Hayao Miyazaki, Ponyo sur la falaise. Forcément, si j'avais écrit : L'héritage de Ponyo, tout le monde aurait compris. Mais Ponyo, c'est le petit poisson, alors du coup, ça le fait moins...

Bref!

Si je parle de Ponyo ( le film ) c'est parce que Jenna McDougall y fait elle même référence le jour où elle se coupe les cheveux.

Ah! Alors Jenna McDougall, pour celles et ceux qui sortent à peine de leur couvent moldave au fin fond des Carpates, c'est la chanteuse leader du groupe australien Tonight Alive, qui aurait pu ne rester connu qu'au pays des kangourous s'il n'avait pas signé la bande originale du dernier Spiderman. Voilà, maintenant vous savez tout.

L'héritage de Sôsuke

Si je vous parle de Jenna McDougall, c'est bien sur pour mettre en avant son charisme et sa "badass attitude" qui n'a cessé de s'accroitre depuis la fondation du groupe et qui explose aujourd'hui avec cette formidable coupe de cheveux.

Pour quelqu'un à qui ce genre de chose n'échappe pas, je pourrais bien me demander si un virus particulier n'aurait pas atteint le show-business, poussant quelques chanteuses, danseuses ou performeuses à être les héritières de Sôsuke, le petit héros de "Ponyo sur la falaise"

Jeanne Added, Ruby Rose, Louise Roam et Dafné BianchiJeanne Added, Ruby Rose, Louise Roam et Dafné BianchiJeanne Added, Ruby Rose, Louise Roam et Dafné Bianchi
Jeanne Added, Ruby Rose, Louise Roam et Dafné Bianchi

Jeanne Added, Ruby Rose, Louise Roam et Dafné Bianchi

Certes, le style ne date pas d'hier, mais après avoir été oublié dans les cartons du Moyen Âge et être reparu en nos temps modernes comme une coupe d'enfant, voir d'adolescent(e)s pendant longtemps, il faut bien avouer que cette nouvelle appropriation ne manque pas de charme ni d'audace.

L'héritage de Sôsuke

Quant à Jenna McDougall, elle sait mettre en scène un personnage de rock star, costume, maquillage et ... coupe de cheveux, qui, au moins le temps d'une tournée, ne souffre pas l'approximation.

L'héritage de SôsukeL'héritage de Sôsuke

Ainsi, Sôsuke, le petit héros de Hayao Miyazaki, semble bien avoir laissé un héritage inattendu dont seules des jeunes femmes extraordinaires ( que le maître japonais ne renierai pas ) semblent être les légataires.

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 5 Septembre 2016

Photo: Sarah Frühling

Photo: Sarah Frühling

C'est fou le soin qu'elle apporte toujours à cette partie de sa coiffure. Bien sûr elle a les cheveux courts, depuis longtemps... peut être depuis toujours d'ailleurs. De la blondeur dans différentes tonalités, toutes naturelles. Quoi qu'elle fasse, c'est presque toujours admirable. Mais quelque soit le style qu'elle adopte, il faudra toujours que sa nuque soit parfaitement dégagée, libre, nue, taillée, ciselée, tondue, rasée. Elle en a besoin.

Depuis le temps, c'est presque une marque personnelle, cette blondeur aux tonalités différentes qui soulignent la pointe délicieuse qui s'enfuit vers le bas du cou.

Parfois, peu lui importe la longueur de ses cheveux sur le front ou les oreilles. Quelques coups de ciseaux leur suffisent. Par contre, la nuque doit toujours être impeccablement tondue.

Photos: Sarah Frühling

Photos: Sarah Frühling

C'est sans doute une manière qu'elle a d'être séduisante, un respect d'elle même, une coquetterie qu'elle se devrait, comme on maquille son regard d'un trait noir ou qu'on souligne ses lèvres d'un joli rouge. Mais Sarah ne se maquille pas. Elle a juste ce désir, presque maniaque d'attirer l'attention sur son verso.

Photo: Sarah Frühling

Photo: Sarah Frühling

Une façon de s'aimer, comme la satisfaction intime de savoir, là, dans son dos, un tatouage adoré. Sa nuque elle ne la voit pas, ou rarement. Non elle la sent, la devine, la touche et sait, du bout de ses doigts lorsqu'elle est idéale, désirable comme un trésor précieux. Elle connait le secret de cette attractivité. Supposer les regards inconnus posés sur elle ne l'effraie pas. Elle a suffisamment confiance en elle pour ça. Deviner les regards connus, posés là, qui la désirent, nourrit une douce satisfaction, un soupçon de plaisir narcissique. Ne faut-il pas s'aimer pour être aimée?

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 3 Septembre 2016

La danse dans la peau. Un portrait de Dafné Bianchi

C'est comme les histoires, les belles histoires qu'on raconte parfois dans des films...

Là bas, sur les rives du lac de Côme, un jour alors qu'elle n'avait que 9 ans, Dafné s'est retrouvée coincée à Lecco où travaille sa maman, à cause d'un éboulement de pierres sur la route qui doit la ramener à Bellagio où elle habite. Le Destin?

Il y a une école de danse à Lecco et la mère et la fille entrent dans la danse... à moins que ce ne soit la Danse qui ne soit entrée en elles.

Aussi loin qu'elle s'en souvienne, Dafné a toujours aimé les cheveux courts. C'était pratique et puis ça correspondait bien à son caractère

La danse dans la peau. Un portrait de Dafné Bianchi

Un caractère bien affirmé déjà. La jeune fille est déterminée, endurante, cheffe de bande, sportive. La danse va être toute sa vie! Et sa mère qui l'a compris, la soutient et l'accompagne dans son apprentissage.

Hip-hop, Urban dance, aujourd'hui la jeune femme touche à la notoriété. Bras tatoués, nuque rasée, elle joue les badgirls dans les clips et les vidéos qui tournent sur le Net. Il y a tant de force et de passion dans sa danse que le regard reste fasciné par cette silhouette puissante qui "bouge" sur des rythmes violents.

Pour elle tout est question de feeling, d'amitié, de famille. Même si elle vit depuis 5 ans en France, elle retourne toujours régulièrement vers son Italie, ses racines, dont elle garde un délicieux accent. Son tatoueur milanais est un ami et son coiffeur n'est autre que son beau-père, qui ne manque pas de talent dans ce domaine. Elle a eu un temps de longues dreadlocks, qu'elle a gardées en crête le jour où, courageusement, elle s'est laissé raser les côtés. Cela a été une étape déterminante, qui lui a, dit-elle, apporté beaucoup de confiance. Tout comme le jour où, lassée des dreads, elle s'est finalement rasé la tête.

La danse dans la peau. Un portrait de Dafné Bianchi

Depuis elle a trouvé un style avec cette coupe qui dessine déjà une tendance, entre "le bol" de Louise Roam et "l'ébouriffé" de Jeanne Added, dont la constante reste la nuque parfaitement tondue.

Aujourd'hui, la bonne fortune de Dafné, son travail acharné et son talent surtout, la propulse à l'affiche de LA comédie musicale de la rentrée. Un casting de plus de 700 danseurs et danseuses et au final, 18 d'entres eux, dont Dafné, qui partent pour une aventure de 12 mois, à Paris et en tournée.

Depuis un mois déjà, les répétitions s'enchainent à un rythme soutenu, lui laissant peu de temps à elle. Pour l'instant elle a encore du mal à réaliser cette réelle notoriété. Sa gentillesse naturelle et sa simplicité la gardent de toutes ces illusions. Elle reste concentrée sur le travail et savoure le bonheur d'exprimer son art dans un spectacle grand public.

Les 3 Mousquetaires, le clip, voilà ce que ça donne

Et l'on mesure en voyant cela le travail que ça représente...

Un grand merci à Dafné, pour sa gentillesse et le temps qu'elle m'a accordé.

Dafné Bianchi

Son école de danse

Les 3 Mousquetaires - le spectacle

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Portrait

Repost0