Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Affranchies

Cahier de vacances - Sur son coeur on lisait:" Personne" - 09/2013

14 Août 2016 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Nouvelles et petites histoires

Shila-Garner-par-Dylan-Duvall.jpg

L'air sentait le bois huilé, l'acier et la graisse d'arme. Une vieille banquette de cuir, une table en formica meublaient la pièce. Sur la table était posé le M24. Sans doute son seul compagnon... 

 

Les gens se demandaient comment une jolie fille comme ça pouvait en arriver là. Les gens oui, pas elle. D'ailleurs ça l'agaçait qu'on la traite de "jolie fille". La réalité c'est que depuis longtemps elle se considérait sans genre définit. Elle était parvenue à s'extraire de ce cadre normalisé et à évoluer dans la vie sans aucune contingence liée au masculin ou au féminin. Affranchie de ces limites, elle ne voulait rendre compte à personne. C'était son choix. Toujours là où on ne l'attendait pas. Mais son coeur était vide. Pourtant elle séduisait et se laissait séduire, garçon, fille, au gré de ses désirs, mais jamais rien ne l'attachait. Le corps tatoué, les cheveux courts, le regard maquillé, elle agaçait ou elle attirait, mais son coeur restait vide...

 

D'une boite de carton bistre elle a extrait une longue cartouche de 7,62 au laiton luisant et doucement l'a laissé glisser dans la culasse du fusil. Presque sans effort elle a poussé le levier vers l'avant, verouillant l'arme. Sa respiration s'est faite plus lourde. Elle a passé une main dans ses cheveux ras, glissé un doigt sur ses lèvres, puis doucement a couché sa joue sur la crosse et ajusté son regard à la lunette déjà réglée... 

 

Au jour le jour, sans personne à aimer durablement, solitaire mais pas dans la solitude. C'était le prix à payer, parfois élevé, parfois dérisoire...

 

 

Modèle: Shila Garner

Titre: Mon légionnaire - Edith Piaf

Lire la suite

Cahier de vacances - Le baiser - 08/2013

13 Août 2016 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Nouvelles et petites histoires

Amra Cerkezovic for Ter et Bantine 05

Certains jours, sur cette terre sauvage battue par la mer furieuse et écrasée par un ciel d'orage, si la chance sourit, on l'aperçoit, de loin, parcourir la lande sans qu'elle paraisse contrainte par la tourbe et les bruyères, aussi légère et mystèrieuse qu'une fée. Elle prend l'apparence d'une androgyne aux cheveux courts, coiffés par le vent et marche à grands pas, faisant flotter son étole de fourrure. Rien ne semble pouvoir la détourner et les grands cerfs l'accompagnent du regard. On ne serait presque pas étonné de voir à sa suite quelques gnomes et lutins. Pourtant elle n'est ni Morgane ni Viviane et aucun elfe ni nymphe ne l'accompagnent...

A la pierre plate elle s'abrite du ciel qui menace, étale sa pelisse et s'allonge. L'imaginaire s'affole et on voudrait la voir se dévêtir au son d'incantations promettant un étrange rituel... 

La réalité est plus belle lorsqu'on découvre la brune androgyne accueillant dans ses bras un jeune homme aussi blond que les fleurs d'ajoncs qui marquent le chemin. Ils s'étreignent, se serrent, se bousculent, comme assoiffés l'un de l'autre. Leurs mains comme celles d'aveugles effrénés, parcours leur corps, ébourriffent leurs cheveux...

Au loin l'orage tonne et dans l'air tiède on sent l'odeur de la terre qui se mouille. Mais les enfants, leurs lèvres soudées dans un baiser sans fin, illuminent la lande...

 

Photo: Boo George

Lire la suite

Les cordonniers mal chaussés...

13 Août 2016 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Humeurs

Photo: Margot G.

Photo: Margot G.

On pourrait croire, à la lecture de certains proverbes, que la règle est générale et que si les cordonniers sont souvent mal chaussés, les coiffeurs seraient donc mal coiffés. Eh bien non!

C'est d'ailleurs sans doute à cela qu'on reconnait l'amour qu'il/elle peut avoir pour son métier. Sinon, comment faire confiance, au premier abord, à un(e) professionnel(le) hirsute pour qu'il/elle vous taille un bon fade?

Même si j'ai toujours considéré qu'il n'y avait que les hommes pour bien savoir couper les cheveux courts, je dois admettre que je connais certaines jeunes femmes qui ont également cette capacité. L'exception indispensable à chaque règle en quelque sorte... ( Aïe! Non pas sur la tête s'il vous plait! )

En l'occurence, Margot dont l'ambition est d'aller perfectionner son art chez les meilleurs barbiers londoniens, est grande fan de skinfade. Comment dans ces conditions se priver d'afficher, sur soi même, la qualité d'un travail qu'elle est capable de réaliser? Certes, elle est obligée pour le cas de s'en remettre à l'habileté d'un confrère, mais cela montre sa détermination et l'amour qu'elle porte au travail de qualité. Une manière de se respecter soi même.

Ceci dit, qu'on ne me fasse pas une fois de plus, dire ce que je ne dis pas. Il se pourrait, d'aventure, que certaines coiffeuses aux cheveux longs, éventuellement, soient capables, dans certaines circonstances, à bien y regarder... de couper correctement les cheveux courts ou très courts... ( Aïe! Non pas la tête on a dit )

Personnellement je n'en connais pas...

Et si Margot a l'ambition de produire les plus beaux fades, je trouve ça légitime qu'elle montre sur elle même, de temps en temps, à quel point elle aime ce style.

Lire la suite

Mon coiffeur, ce héros!

11 Août 2016 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Divers & variés

Mon coiffeur, ce héros!

Rien ne pouvait laisser imaginer qu'une telle situation puisse un jour se produire. Gilles, mon coiffeur, le mien, ce complice de ma personnalité depuis plus d'une dizaine d'années, cet artiste, ce créateur de "beaugossitude", expert de son art et maître du fade, cet homme là au bagou intarissable et à la gentillesse insondable, se trouvait soudain désarçonné par la demande de rendez vous qu'on lui faisait.

Il était intimidé, cherchait à se défiler, résistait en déclarant que "non ça n'allait pas être possible, vu qu'il ne coiffait pas les femmes..." Quelle piètre excuse! Personne ne lui demandait de faire un chignon, ni même un brushing, bien que ses diplômes prouvaient qu'il en était capable. Au contraire même. Ce que voulait Adeline c'était justement ce qu'il faisait le mieux... et lui, son truc, c'était les coupes d'homme et... comme la jeune femme insistait, il finit pas céder.

Elle n'était pas une inconnue pourtant. Habituée du salon, elle venait régulièrement y faire couper ses cheveux. Mais c'était Régine qui s'en chargeait. La jeune femme faisait partie de sa clientèle et loyal, Gilles ne "piquait"pas les clientes de sa collègue.

Seulement voilà, la collègue en question n'était pas là et la coupe était une sorte d'urgence. Parce que certaines femmes aux cheveux courts, parfois, ne supportent pas que les circonstances les obligent à se priver d'une coupe bien fraîche plus de deux mois et pour Adeline, la date de péremption était dépassée.

Mon coiffeur, ce héros!

Le jour J à l'heure H, mon talentueux coiffeur ayant vu toutes ses misérables excuses réfutées les unes après les autres, installa Adeline sur son fauteuil et fit ce qu'il savait faire le mieux, couper les cheveux comme il le faisait chaque jour sur des têtes très jeunes, jeunes ou moins jeunes, mais des têtes ... masculines.

Seulement voilà, il est des femmes qui aiment avoir les cheveux courts sans qu'on les bassinent avec la féminité, en leur rappelant sans cesse qu'il faut ceci pour adoucir le style, pas trop cela pour ne pas "faire trop masculin", toutes sortes de fadaises que d'autres femmes véhiculent elles mêmes de générations en générations, gravant dans les esprits des plus jeunes, des concepts de féminité édictés sournoisement par les hommes.

Finalement, la coupe terminée, tout le monde se trouvait satisfait. Adeline était ravie de son fade, légère et rafraîchie et Gilles, soulagé d'avoir contenté "sa cliente", taillant pas à pas, tondant petit à petit, même si on sentait bien à son bavardage soutenu qu'il était tout de même dans ses petits souliers, sans doute pas crainte de ne pas satisfaire la jeune femme, qui elle même ne demandait pas mieux qu'on lui coupe les cheveux "comme un garçon".

Mon coiffeur, ce héros!

Avec Gilles, le coiffeur ( Ksalon, 6 rue du Petit St Jean à Montpellier )

Adeline, la cliente

Photos: ©jeaneg

Lire la suite

Force tranquille

10 Août 2016 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Tendresses

Photo: Havilah Bender par Steph Grant

Photo: Havilah Bender par Steph Grant

Il suffit d'un rien, un bijou, une ombre sur la paupière, pour parfois, traverser le miroir. Etre soi-même demande une naïve inconscience ou tout au contraire une parfaite connaissance de sa force.

Elle ne revendique rien, ne "joue" pas les mauvais garçons, aime les robes et les talons qui étirent le galbe de ses jambes, tout autant qu'un jean déchiré avec son Perfecto. Elle aime aussi avoir les cheveux courts. Petit à petit c'est même devenu très court et ce que d'autres auraient détestées est devenu sa force. Le maquillage la transcende, les bijoux la subliment et ses tempes rasées la rendent unique.

Si elle veut, elle peut avoir le parfum venimeux de l'androgyne, estomper les traces de son genre, à la perfection pour déboussoler les esprits simples et puis d'un rien retrouver le glamour de sa féminité, ineffaçable et intrinsèque.

Tout son pouvoir est là, dans cette force d'être soi même, sans concession, ce courage d'être authentique et de se plaire.

Lire la suite

Y en a marre!

9 Août 2016 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Tendresses

Photo: Takahiro Igarashi

Photo: Takahiro Igarashi

Elle traverse la vie comme un astre filant, laissant derrière elle une trainée d'interrogations, de fascinations, d'incertitudes...

Elle apparait avec tant d'assurance qu'on la croit altière et puis elle rit et s'amuse, comme une enfant naïve, tellement, qu'on l'imagine imperméable, insensible aux états d'âmes des humains. Pourtant elle ne joue pas de leurs confusions, ne se divertit pas d'être appelée "jeune homme" quand elle se renfrogne, les poings au fond des poches et la mèche sur l'oeil... elle encaisse.

Parfois le désespoir l'étreint. Elle se dit que c'est de sa faute après tout, qu'elle devrait peut être arrêter de couper ses cheveux si courts, de tondre le tour de ses oreilles et de raser sa nuque. Après tout c'est peut être ça qui jette le trouble. La confusion des mortels finit par l'atteindre...

Mais qui serait-elle si elle n'était pas elle même? Serait-elle plus heureuse d'être l'image convenue d'une fille attendue, sitôt identifiée, sitôt classée, à peine remarquée.

Non bien sûr, après le blues la raison lui revient. Elle dévisage son miroir, esquisse un sourire qui chavire ses tâches de rousseur et reprend sa moue d'indifférence.

Elle chasse la mèche sur son front, pianote fébrilement son smartphone et envoie un sms:

"Tu me coupes les cheveux ce soir? "

Lire la suite

A question stupide...

8 Août 2016 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Humeurs

Tré for @b-o-i-culture // by Zhamak

Tré for @b-o-i-culture // by Zhamak

Allez! Ne dites pas non, on en a tous posé de ces questions connes qui n'appellent que des réponses toutes aussi ... connes.

Bon, je n'ai pas vraiment de statistiques là dessus, mais je suis sûr que 80% des gens qui retrouvent une amie avec les côtés et la nuque bien rasés et le dessus en brosse, alors que la veille ils l'ont vue avec une superbe et volumineuse coupe Afro, vont s'exclamer : " Ben? Tu as coupé tes cheveux?" Ce qui, vous en convenez, est un peu con comme question.

Cependant, les coutumier(e)s de cet exploit vous répondront qu'il ne s'agit pas en réalité d'une vraie question, mais plutôt d'une sorte d'exclamation, un constat interrogatif, une façon d'exprimer sa surprise... bref! Mauvaise foi du jour, bonjour!

C'est qu'en réalité, on se trouve un peu désarmé quand il s'agit de parler aux autres de leur coupe de cheveux. On a du mal a résister, alors qu'on sait que l'on aborde un sujet tout à fait personnel, voir intime. Si bien qu'on fait semblant d'être étonné(e) et de poser une question, parce qu'on veut tout savoir de ce stupéfiant changement et de ses motivations. Mais en a-t-on vraiment le droit? Ça c'est une bonne question!

J'ai le sentiment, pour ma part, d'avoir un véritable "radar" qui détecte sans faillir les freshcuts et comme je ne résiste que rarement à faire un compliment, comme ça, sans arrière pensée, juste pour le plaisir, eh bien je ne pose pas de question, je me contente d'exprimer mon enthousiasme.

Lire la suite

Quatre filles sur un bateau

6 Août 2016 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Divers & variés, #Portrait

Quatre filles sur un bateau

Elles ont beau naviguer sur un bateau de papier, j'ai bien le sentiment que ces quatre filles vont aller loin...Paper Boat Sailors, avant d'être une formation musicale, c'est une formation amicale, c'est Nathalie qui me l'a dit. Je l'ai retrouvée ce matin en compagnie de Constance et de Kim, pour boire un café et découvrir un peu plus ces femmes aux cheveux courts que j'avais déjà croisées à la faveur de quelques soirées dans ma grande ville du Sud. Manquait "Pupu", hélas et donc bien sûr, tout le monde en a profité pour dire du mal d'elle... non, j'déconne!

Quatre filles sur un bateau

Androgynes, féminines, plutôt pratique, plutôt coquette, elles ont toutes une histoire différente avec leurs cheveux courts, mais aucune n'y est venue par hasard et pas une n'envisage la vie autrement.

Nathalie, pulpeuse pin-up au sourire désarmant, Constance merveilleuse et infatigable bavarde, Kim l'androgyne au regard charbonneux et "Pupu"... l'absente.

Il y a trois ans, c'est la musique, leur autre point commun, qui les a réunies et c'est ainsi que le petit bateau de papier s'est mis à naviguer, avec des mélodies aux accents folk, des paroles parfois mélancoliques chantées par des voix qui ignoraient peut être avoir autant de talent... Des rencontres, des succès, de l'enthousiasme, les matelots ont aujourd'hui le raisonnable espoir de vivre bientôt de leur musique. Premier clip, premier album, tout est construit, sereinement, sérieusement, marche après marche, pas à pas.

Quatre filles sur un bateauQuatre filles sur un bateau
Quatre filles sur un bateauQuatre filles sur un bateau

Le café bu, un autre rendez vous appelle mes musiciennes préférées. Après cette sympathique rencontre nous nous sommes promis de nous retrouver, en tout cas, le 22 septembre pour le lancement officiel du premier album des Paper Boat Sailors à la Grande Plage Bohême . Mais d'ici là, ça ne m'étonnerait pas qu'on se revoit...

Paper Boat Sailors sur FB

Paper Boat Sailors le site

Paper Boat Sailors le clip

Et pour terminer, quelques images qui bougent...

Lire la suite

Quand on aime...

4 Août 2016 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Humeurs, #Divers & variés

Quand on aime...
Quand on aime...

Je me souviens avoir écrit ici même et j'en reste malgré tout convaincu, au moins pour la règle générale, que seuls les hommes, habitués à ces pratiques depuis toujours, savent couper les cheveux très courts.

Après, quand on a des opinions ( et l'esprit ouvert ) on ne peut que se laisser convaincre de leur bien fondé ou avoir la démonstration qu'on se trompe. Et j'avoue que depuis un moment, les tentatives pour me convaincre se multiplient et je rencontre bien des talents qui battent en brèche mon postulat de départ.

Et le dernier en date ne vient pas de Los Angeles, Brooklyn, Paris ou même Montpellier, non!

Quand on aime...

Mélanie travaille à Ste Cécile-les-Vignes, dans le salon Selec'tif Coiffure, mais aussi en freelance et depuis qu'elle est petite, Mélanie, elle a le goût pour les nuques bien dégagées et les coupes précises. Aussi, après avoir sagement appris le métier avec maman, elle a décidé, dans ce petit coin de Vaucluse, de faire de ses amies qui aiment les cheveux courts, très courts, des "belles gosses"

Quand on aime...

Un pari osé dans une petite ville de 2000 habitants. Mais quand on aime...

Parce que Mélanie a une vraie passion pour ce style, low fade, skin fade, à la manière old school, la précision dans le fondu du dégradé, c'est son kif! Et son outil préféré s'appelle Wahl Super Taper, Skull Edition, une vraie profession de foi, c'est Roland et Durandal, Arthur et Excalibur!

Alors bien sur, il y a aussi les chignons pour le mariage, les brushings de madame Toutlemonde, il faut bien faire "tourner" le commerce, mais ce qui fait vraiment vibrer Mélanie ( et sa tondeuse ) c'est le fade, la précision dans la coupe millimétrée, les nuques bien rasées et ses clientes, ses amies, ne s'y trompent pas, certaines parcourant des dizaines de kilomètres pour venir se faire couper les cheveux selon leur goût.

Quand on aime...Quand on aime...Quand on aime...

Parce que oui, les femmes aux cheveux courts et même très courts, ne sont pas toutes à Los Angeles, Londres ou Paris, que certaines coiffeuses ont davantage de passion pour les cheveux très courts, sans aucune considération de genre, que d'autres et parce que être soi même, toujours et tout le temps, ça compte

Alors quand on aime... on compte là dessus.

Quand on aime...
Lire la suite

Grands espaces, un portrait de Cynthia

3 Août 2016 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Quartier Libre, #Portrait

Grands espaces, un portrait de Cynthia
Grands espaces, un portrait de Cynthia

LFACC: C'est à la manière d'un Quartier Libre que Cynthia, voyageuse, aventurière et blogueuse, m'a livré quelques détails sur sa vie de femme aux cheveux courts au coeur de l'Afrique...

"Je ne sais pas trop par où commencer.. quartier libre sur moi ... et mes cheveux ! Plutôt improbable comme interview. Et je n'ai même une coupe extravagante ou une couleur improbable ! haha Alors je vais commencer par me présenter. Je suis une grande voyageuse, amoureuse des grands espaces. Je travaille dans le tourisme, je suis un peu serial-expat et j'habite en Afrique depuis maintenant 4 ans et hors de France depuis... longtemps. Je tiens un blog voyage dans lequel je raconte mes aventures. Dés que je le peux je prends la route, que ce soit juste pour un weekend, 2 semaines ou 3 mois. Voyager, découvrir de nouveaux horizons et de nouvelles personnes est devenu un besoin vital. Mais je suis également une grande épicurienne, fan de grande tablées et de bons vins, de musique, de rencontres et de bijoux !

Grands espaces, un portrait de Cynthia

Je n'ai jamais vraiment été dans "la norme" en grandissant. Principalement à cause (ou grâce?) au fait que j'étais très grande et trés sportive. Quand j'étais plus jeune, j'avais les cheveux longs, je m'habillais comme les filles que je voyais dans la rue et j'essayais de me fondre le plus possible dans la masse pour faire oublier le fait que j'étais très grande et musclée. J'ai même fait du mannequinat pendant quelques années, parce que quelqu'un trouvait que je devait faire ça. Alors il fallait que j'ai les cheveux longs et que mon tour de taille ne dépasse pas X cm. C'est un monde qui aujourd’hui représente pas loin de tout ce que je déteste ! Comme quoi, pas facile quand on a pas la personnalité qui va avec le physique... et inversement. On perd pas mal de temps à se conformer puis à se chercher.

Puis un jour, le ras le bol à prit le dessus et j'ai décidé de quitter la France et de laisser libre court à ma personnalité ! C'est entre autre passé par une coupe radicale de mes cheveux !

J'ai donc les cheveux court depuis de nombreuses année, depuis que j'ai commencé ma vie de voyages et d'expatriations.

Grands espaces, un portrait de Cynthia

Je coupe mes cheveux soit en France quand je rentre, ou sinon dans le pays dans lequel je vis. Je n'ai pas peur d'aller dans des coiffeurs "locaux", c'est au contraire une expérience assez sympa,; où l'on peut parler et de rire avec d'autres femmes provenant d'autre pays, dans l'intimité du salon. Situation qui n'arriverait sinon pas souvent.

Quand je reste longtemps dans un endroit, je me renseigne et je cherche le meilleur coiffeur local. Je n'ai jamais été déçue. Quand je suis juste de passage dans une ville, c'est au petit bonheur la chance. Mais généralement, du moment que j'ai la nuque bien dégagée, je suis contente. Au pire si c'est la cata je laisse poussé de quelques centimètres et je fais rattraper tout ça vite fait bien fait. Je n'ai pas la phobie du coiffeur ou un coiffeur attitré, je suis assez relax là dessus. Du moment qu'on me passe un coup de tondeuse pour me dégager la nuque et les oreilles, tout va bien.

Grands espaces, un portrait de Cynthia

L'aspect pratique y est certes pour beaucoup. J’habite en Afrique et il arrive souvent que l'on ai plus d'eau chaude, ou plus d'eau tout court. Les pannes d’électricité, la poussière, la moiteur... bref l'enfer pour les cheveux longs ! Je voyage aussi beaucoup et bien souvent dans des pays peu développé avec un minimum de confort, donc la aussi c'est pour l'aspect pratique. Puis franchement, se faire un shampoing en 30 secondes chrono, dans la douche, le lavabo ou bien juste avec un sceau d'eau.. .c'est la libération !

Mais les cheveux courts pour moi, c'est avant tout un état d'esprit. Depuis que j'ai les cheveux, je me trouve plus forte, plus féminine, plus indépendante tout en étant plus sexy ! Oui rien que ça. Haha.
C'est un peu l’affranchissement de tout les stéréotypes qu'on à depuis l'enfance (Genre princesse Raiponce ou Esméralda.. Il y a eu à la rigueur Mulan, mais elle a coupé ses cheveux pour se grimer et passer pour un homme. Super références que l'on inculque à nos enfants.)

Les cheveux courts ça colle avec mon caractère intrépide et impulsif. Je ne me vois pas du tout me laisser repousser les cheveux. Beaucoup de personnes me disent "oh ça te va bien les cheveux courts. Moi je n'oserai jamais, ça ne m'irait pas". Alors je leur répond gentiment, qu'il faut essayer pour savoir. Ce que je ne dis pas (mais que je pense très fort) c'est que ce n'est pas juste de l’esthétique. Loin de là. c'est avant tout un état d'esprit. Ma coupe courte fait partie de ma personnalité à 200% et les avoirs longs serait un peu comme prendre 30 kilos d'un coup ou bien que je me réveille un matin en faisant 1m60 .. ce serait juste pas possible ! haha

Puis c'est fou comme c'est addictif comme sensation de passer ses doigts le long d'une nuque dégagée ou bien tondue... et très sensuelle aussi... à bon entendeur ! haha
Je ne cherche pas du tout l’ambiguïté des genres ou à être androgyne en ayant les cheveux courts, au contraire je trouve qu'il n'y a rien de plus féminin qu'une femme à la nuque dégagée. Ce que j'aime par dessus tout dans les cheveux courts, c'est qu'on ne peut pas tricher, on ne peut pas se cacher derrière une mèche. En découvrant sa nuque aux yeux de tous, on s'expose énormément, on se montre tel que l'on est, sans artifice."

LFACC: Est ce que l’idée t’amuserait, ne serait-ce que pour un article ( j’ai une rubrique « all over the world » à présent et des amies en voyage, en profitent pour aller se faire couper les cheveux sur place et racontent ( j’ai déjà Los Angeles, Montréal et Beijing )

Cyn: "Oui avec plaisir ! Je peux faire quelques photos la prochaine fois que j'y vais."

LFACC: Est ce que les pays que tu connais bien ont cette « culture » de la féminité exprimée à travers les cheveux ( en gros, les cheveux longs font la féminité )?

Cyn: "Je connais surtout l’Afrique et ici la plupart des femmes ont les cheveux rasé ou alors des tissages. Mais je pense pouvoir dire qu'en Afrique, non, les cheveux ne font pas la féminité d'une femme !

Pour finir, un grand merci pour ce blog, qui rentre dans l’intimé de "ces femmes aux cheveux courts" avec pudeur, sensualité et justesse."

Grands espaces, un portrait de Cynthia

Et pour rêver un peu plus...

sa page FB https://www.facebook.com/Heybluebird-Blog-voyage-lifestyle-1617947058436284/

son Instagram https://www.instagram.com/cyn_dx/

et son blog ( à voir absolument ) http://heybluebird.com

Photos: Cynthia

Lire la suite
<< < 1 2 3 > >>