Une lubie... et finalement non

Publié le 25 Novembre 2019

Photo: John Manolakis

Photo: John Manolakis

Je crois qu'on doit toujours se méfier de ce qui semble n'être qu'une tendance, un mouvement d'humeur passager. On est pas à l'abri de voir une "manie" devenir un vrai effet de mode, qui va avec l'air du temps et persiste suffisamment pour marquer les esprits et faire que l'on s'en souvient longtemps après... 

Ce n'est plus un hasard si de plus en plus fréquemment l'on voit ici et là, des femmes avec les cheveux taillés courts, les côtés et la nuque proprement rasés, avec ce style qu'avaient les hommes dans les années d'entre deux guerres. Beaucoup se sont dit que c'était une lubie, un truc de "fille en rupture de ban", une coupe de lesbienne... et finalement non. Des jeunes femmes, des femmes et mêmes de celles aux cheveux grisonnants, ont fini par se laisser aller au coup de tondeuse un peu plus précis, un peu plus appuyé autour des oreilles et ont cédé à ce style qui soudain apparait sans genre, ne pouvant plus être revendiqué par le masculin ou le féminin. Cela semble anodin, mais finalement il faut le voir comme un progrès, une avancée, une façon certaine d'effacer les différences entre l'un et l'autre

Coupe et photo: John Manolakis

Encore un truc qui va déplaire aux éternels grincheux, conservateurs et traditionalistes, des deux sexes, qui voudraient conserver à la femme son image de madone, icône religieuse ou putain merveilleuse, comme leurs déplaisent tous les progrès...

Amen

John Manolakis

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :