Quelques nuances de gris

Publié le 6 Novembre 2019

Axelle Gomila

Axelle Gomila

C'est absolument réconfortant de constater que parmi toutes les prises de conscience de notre époque, il y a, entre autre, l'acceptation chez certaines femmes de l'inéluctable passage du temps et l'abandon de la coloration qui faisait de certaines contemporaines de ma tante Mathilde, des brunes et des blondes, alors que depuis longtemps le gris et le blanc dominent la chevelure de mon aïeule. Cela pourrait être le sujet d'un article, mais pas aujourd'hui.

Non aujourd'hui ce serait plutôt un phénomène inverse, étonnant, rassurant (?)...  Je ne sais pas. En tout cas ce ne sont plus les mamies mais les plus jeunes aussi maintenant qui sont fières de leurs cheveux gris. Sauf que pour elles il faut subir tout le processus chimique pour modifier la couleur. Bref!

Chloé Lobre

Le blanc, comme une extrapolation du blond, un blond poussé à l'extrême, nordique, séduit déjà quelques audacieuses et sur un visage juvénile on l'assimile souvent à cela, mais le gris, dans toutes ses nuances est encore plus étonnant, intrigant, déstabilisant presque. Une remise en question de l'image trop longtemps véhiculée des cheveux gris symbole d'un certain âge, de maturité, de sagesse... de vieillesse. C'est bien, les remises en question.

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :