Viens chez moi, j'te f'rai une coupe!

Publié le 15 Octobre 2019

Illustration: Armand Vallée

Illustration: Armand Vallée

Il faut bien avouer que depuis toujours, tout le monde s'est exercé à couper les cheveux de son prochain. Pour rendre service, par nécessité, par jeu ou simplement par mesure d'économie. Pendant longtemps, dans les familles, c'était les enfants qui, les premiers, en faisaient les frais, puis en général les hommes de la maison. Victimes d'un effet "Mondial 98" où tout le monde a trouvé la coupe de Barthez, le gardien de but, irrésistible apparemment, ces derniers se sont même résolu à la boule à zéro. Du coup la tondeuse électrique est entrée dans les foyers et il n'aura pas fallu longtemps pour que les filles se l'approprient.

A partir de là, tout est en place pour que l'idée germe, petit à petit...

En particulier chez celles qui sont déjà très fans des cheveux courts. Après avoir essuyé les coupes ratées chez la coiffeuse qui a peur de couper trop court, les refus chez le coiffeur qui "Ah non! ici on ne coiffe pas les femmes", elles finissent par trouver le bon spot qui idéalement n'a pas peur de leur raser la nuque ni de faire fuir sa clientèle masculine. Et de fil en aiguille, on finit par trouver ça "easy". Ensuite c'est un concours de circonstances. Une activité intense, une fin de mois plus raide que de coutume et voilà le prochain rendez vous dépassé de plusieurs semaines... Et là, à portée de main, la tondeuse dans le placard de la salle de bain... Un peu d'audace et l'estomac noué, elles en arrivent à donner quelques coups de tondeuse sur les pattes, un peu la nuque et hop le tour est joué. Hey! Pas si mal finalement! 

Alors les passages chez le coiffeur s'espacent, un coup sur deux, puis un coup sur trois... Elles se mettent à visionner des tutos sur youtube, apprennent quelques techniques, quelques coups de main. A certaines copines qui les complimentent sur leur coupe elles sont fières de révéler que se sont elles mêmes qui l'ont fait et on les sollicite pour ce même service... L'engrenage. Parce qu'il y a quelque chose de fascinant, d'excitant à couper les cheveux et quand on y parvient sur soi même c'est encore plus envoûtant sur les autres. Au début c'est un peu "alternatif" comme coupe mais très vite les progrès se ressentent.

La technique s'affine, le dégradé s'améliore... et l'idée qui était en germe, finit par éclore: 

Pourquoi ne pas installer un salon à la maison? Non, pas un salon, un studio! Un truc qui serait fait pour toutes celles qui ne sont jamais contentes de ce que les coiffeurs leur font, un studio "barber queer"! Cool ça, non? En effet l'idée est bonne et mérite qu'on s'y attarde. Un truc "privé" où le prix ( libre ) de la coupe ne serait qu'un don fait pour remercier l'artiste et couvrir l'investissement dans le matériel. Le bouche à oreille fera rapidement le reste. Une bonne alternative pour les 15/25 ans.  

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :