Une féminité

Publié le 27 Juin 2019

Photo: John Malonakis

Photo: John Malonakis

Même les psychologues ont du mal à donner une définition de la féminité qui ne serait pas dégoulinante de clichés et de préjugés. Les sociologues se contentent de tracer cela dans le temps et de rappeler les différentes images de la femme à travers les époques. Les femmes elles mêmes, ont toutes une approche personnelle et il apparait impossible d'être catégorique. Il reste pourtant quelques dénominateurs communs, le comportement, le regard, la sensualité, la sensibilité... tout serait dans l'attitude plutôt que dans l'apparence.

L'apparence justement, qui n'aura jamais rien à voir avec la féminité, pas plus le vêtement que la coiffure et que pourtant la plupart des gens persistent à considérer comme son indicateur le plus évident. 

Pourtant, chacune de celles qui l'ont expérimenté, vous dira à quel point elle s'est senti davantage femme et féminine lorsqu'elle s'est redécouverte avec les cheveux coupés très courts. C'est là tout le paradoxe. Il doit y avoir une limite, un point jusqu'auquel le curseur accentue la féminité et au delà duquel il pourrait, peut être, mais rien n'est moins sur finalement, la ruiner. C'est un code nouveau, une affirmation indiscutable, une démonstration de féminité qui ne serait pas entachée par la domination et ramène l'humain à davantage d'égalité sans considération de sexe ni de genre. La femme aux cheveux courts n'est pas une proie. Il aurait même des hommes qui se coupent les cheveux comme elle...

Photo: John Malonakis

 

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :