Don't worry

Publié le 18 Avril 2019

Asia Piwka par Turpie Studio

Asia Piwka par Turpie Studio

On croit volontiers que le changement c'est forcément aller du bien vers le mieux. Sauf que parfois le mieux se cache derrière une idée fausse qui fait croire que faire ceci ou faire cela va "aggraver" le cas. C'est une chose fréquente cet état d'esprit que rencontrent les "tomboys" montées en graine et devenues femmes. Une étape a été importante, celle de la première coupe de cheveux, libératrice, qui a changé la physionomie et mis en adéquation un visage avec un caractère. Mais soudain arrive cette idée saugrenue qui vient bouleverser les certitudes. Les couper plus courts, trop courts remettrait la féminité même en cause. Bêtise!

C'est assez étonnant en effet, mais souvent, c'est la demi-mesure qui gâche les choses. La voici, cette jeune femme aux cheveux courts. Elle a toujours été un "garçon manqué", depuis l'enfance où elle ne quittait jamais sa queue de cheval. Et puis un jour, dans l'adolescence, elle a franchi un grand pas qui l'a conduite chez le coiffeur et elle s'est trouvée enfin, androgyne à souhait, en harmonie avec elle même. Mais si l'entourage, toujours prompt à donner son avis, accorde à ces cheveux courts le bénéfice d'une esthétique certaine, il met en garde l'audacieuse, lui faisant croire que plus court serait trop court.

Trop court? Mais trop comment? Est-ce que "trop court" serait une condamnation sans appel et un basculement irrémédiable dans le monde de la masculinité? Eh bien non justement! et très souvent c'est même exactement le contraire. Oui oui, le contraire! Ambiguë avec cette coupe un peu floue, elle apparait soudain extrêmement féminine avec le cheveux ras. Etrange n'est-ce pas? Même cette tendance à s'approprier des styles qui furent masculins dans les années anciennes, cette façon de raser la nuque, de dégrader les tempes, de coiffer les cheveux plus longs dessus, même cela ne parvient pas à atténuer la féminité, qui, comme on le sait depuis longtemps, ne se mesure pas à ce genre de détails. Bizarrement, dans cet équilibre subtil que maintient l'androgyne entre masculin et féminin, le fléau de la balance penchera soudain indiscutablement vers le féminin si le changement n'a pas peur de confondre le "mieux" et le "pire"

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :