Un amour éternel

Publié le 4 Mars 2019

Beli Klein

Beli Klein

Ce serait de la folie de dire qu'on sera toujours ainsi ou toujours comme ça. Le changement est presque un besoin vital, un remède à la sclérose, au vieillissement et à l'usure du temps. Mais quelques fois cela s'oppose à une forme de fidélité. Dilemme! Est-ce que pour rester fidèle à son image, à son entourage, on doit malgré tout conserver sa longue chevelure d'adolescente? Est-ce que par fidélité, à son image, son entourage ou son coiffeur, on doit finalement continuer à se couper les cheveux, toujours, toute sa vie...? Eh bien non bien sûr. Le mot d'ordre, toujours et tout le temps reste "Être soi même!" 

Alors voilà, il y en a, on le sait à présent, qui sont depuis toujours et pour toujours, des femmes aux cheveux courts, même si durant une période de leur vie elles n'ont pas pu l'exprimer comme elles l'auraient voulu. Elles aussi aspirent au changement, de temps en temps. Et ça se traduit de plein de manières en réalité. La couleur, bien sûr. Mais aussi, parce que lorsqu'ils sont très courts, chaque millimètre compte, des différences de longueurs, oh à peine, mais parfois cela suffit. Et puis il y a une certaine malice à laisser passer un mois, ou deux, alors que l'habitude est de les couper chaque mois, pour enfin y retourner et avoir davantage de cheveux à couper, un peu comme lorsqu'on met son réveil un dimanche matin pour avoir le plaisir de se rendormir après qu'il ait sonné... 

Certaines changent de coiffeur, fréquemment, pour se mettre en danger et avoir ce noeud dans l'estomac, comme si c'était la première fois... D'autres enfin ne prennent même pas le temps de l'habitude, passant de la coupe au bol à la boule à zéro, puis au style skinfade, puis pixie et ainsi de suite... Bref! Rien n'est gravé dans le marbre et chacun.e fait ce qui lui plait.

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :