Si vis pacem, parabellum*

Publié le 4 Mars 2019

Si vis pacem, parabellum*

Bien sûr les choses ont changées depuis l'époque où je trainais moi même dans ce milieu, mais durant longtemps, les femmes qui voulaient se mêler de choses militaires étaient considérées avec beaucoup de condescendance et cantonnées dans des rôles que l'Institution considérait comme adéquat à leur qualité de femme. Heureusement tout cela évolu et aujourd'hui, on peut dire qu'il y a peu de rôles qu'elles ne puissent remplir si elles en ont la volonté. Cependant il restera toujours des vieilles badernes qui dans le concept femme-militaire ne voient encore que le mot femme. Et ces gens là, eu égard à leur ancienneté, se trouvent souvent en haut de la hiérarchie.

Ainsi figurez vous que l'Institution a toujours redouté que les femmes s'identifient trop à leur confrères masculins dans ce métier qui n'est tout de même rien de moins que faire la guerre. S'offrant l'atout de caractères différents, d'intelligence et d'intuition, de management et pragmatisme dont les hommes ne sont pas toujours équipés, elle a voulu néanmoins leur conserver à tout prix une image "attractive" et une féminité visible. Et donc, depuis toujours "on" a voulu que les femmes militaires conservent leurs cheveux longs, que bien sûr durant les heures de service, elles devaient attacher serrés dans un horrible chignon en forme de beignet, bien placé à peine en deçà du vertex et qui tirait mieux leurs traits que n'importe quel botox. Les plus déterminées qui avaient du mal à considérer qu'on puisse faire ce métier en chignon, étaient plutôt mal vues si elles adoptaient les cheveux courts à la manière des hommes.

Heureusement, en cela comme en tout, les choses avancent. Doucement, d'accord, mais ça avance. Ainsi il n'est plus du tout ni rare, ni suspect de voir sous l'uniforme, hommes et femmes avec la même coupe de cheveux, ce qui, à mon sens, confère tout de suite  un côté plus professionnel, qu'une queue de cheval ou une mèche savamment lissée en travers du visage. Déjà!

Parce que dans ce métier, il y a forcément un moment où il faut être absolument authentique. Laisser de côté l'artifice et le superficiel car l'enjeu est bien supérieur à tout ce que l'on imagine, une clause du contrat qu'il faut avoir toujours à l'esprit, souvent occultée par le sport et l'effort, la camaraderie et le fun, les voyages même... c'est qu'au bout du fusil il n'y aura pas toujours du carton et que la mort fait partie du bagage. 

Alors ça me fait plaisir à moi, de voir que les soldats d'aujourd'hui s'intéressent moins à distinguer les genres qu'à être efficaces pour préserver la paix en préparant la guerre.

 

Photos Instagram avec Opal Haziza @_opalhaziza, Brianna Tyler @briannatylerfit et Ellie @elliedcb

* "Si vis Pacem, Parabellum" citation latine signifiant: si tu veux la Paix, prépare la Guerre

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :