Géniale

Publié le 31 Janvier 2019

Photo: Jez Rozdarz

Photo: Jez Rozdarz

Cela ne tient pas à grand chose. Bien sûr il faut le savoir-faire et le talent du créateur, mais cela ne suffit pas. Une fois l'œuvre achevée, il lui faut voyager, virtuellement, parce que c'est le regard des autres qui va la consacrer. Et le temps fait le reste...

En 2012, Adam Ciaccia, coiffeur australien de grand talent, mais encore peu connu, prépare une collection pour le salon AxisHairdresser avec la collaboration du photographe Jez Rozdarz. Parmi les différents modèles, Isabelle, très blonde, le visage juvénile, se retrouve avec cette coupe, low fade, les tempes et la nuque bien dégagées, avec un dégradé minutieux vers un volume plus important dessus et une mèche qui balaie son front. Le tout dans des tons fuchsia qui s'accordent bien avec son teint et son maquillage.  

Photos: Jez RozdarzPhotos: Jez Rozdarz
Photos: Jez RozdarzPhotos: Jez Rozdarz

Photos: Jez Rozdarz

Le set s'intitule "Reflexion" à cause des  miroirs et se conjugue sur différents fonds. Les autres modèles sont tout aussi remarquables et la collection est une belle démonstration du savoir-faire du jeune coiffeur. Mais rapidement, au fil des vues sur de nombreux sites et blogs, la jeune femme en rose se détache du lot et apparaît sur tous les médias. Elle devient l'image "iconique" du salon et fait connaître Adam Ciaccia dans le monde entier.

Parce que sans doute cette coupe de cheveux correspond à une attente, parce que beaucoup la trouve à la fois élégante, mais audacieuse, non pas seulement pour la couleur mais aussi par cette façon de tondre les côtés et la nuque à la manière des coupes "masculines", parce que le mix est parfait entre masculin et féminin, parce que la coupe est géniale quoi!

A quoi ça tient des fois?

Adam Ciaccia Hairstylist

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Divers & variés

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :