Pendant que j'y suis...

Publié le 16 Octobre 2018

Pendant que j'y suis...

Oui, juste un mot, puisque les pages de ce blog semblent s'ouvrir à nouveau, il faut que je vous parle de cette jeune femme. Pour dire à quel point elle semble emblématique de cette transition par laquelle passent les femmes aux cheveux courts, entre adolescence et âge adulte.

 Manon est brillante, intelligente et studieuse, musicienne, engagée, curieuse et voyageuse. Malgré son caractère, pendant longtemps elle reste sage et supporte son image de "jolie fille" avec sa longue chevelure.

Passé le bac, il est temps pour elle de tourner cette page de l'adolescence et de mettre son look en adéquation avec sa personnalité. Direction le coiffeur! Elle avait cette androgynie qu'on trouvait à Françoise Hardy à ces débuts. Les cheveux longs étaient la caution féminine. Cette fois et pour de bon, les oreilles et la nuque bien dégagées, elle a cette allure qui frôle l'ambiguité et cette féminité nouvelle de femme aux cheveux courts.

Et soudain tout le monde s'en rend compte. Pourtant rien n'a changé, elle a le même caractère, le même visage, le même regard clair... mais elle s'est séparé de ce que tout le monde croit encore être l'emblème de la féminité et qui finalement n'était qu'un paravent qui masquait la vraie personnalité de la jeune femme. Bêtement on lui donnera du "bonjour jeune homme" ... bien sûr. Mais qu'importe les sots. La voilà femme aux cheveux courts, explorant à chaque fois un peu plus les limites qu'elle ne veut pas dépasser, du court au très court.

Il n'y a jamais rien d'anodin dans une coupe de cheveux...

Manon F. sur Instagram

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Portrait

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :