De rires et d'émotions

Publié le 29 Octobre 2018

Photo: Marcel Pommer

Photo: Marcel Pommer

Il y a d'abord une sorte de défi, jeté à soi même, puis à l'autre. Elle voudrait que cela soit "pour de faux", mais l'autre saisie la balle au bond, amusée, excitée...

Il y a ensuite de l'émotion quand cette fois pour de bon, elle sent son enfance s'échapper, elle lâche la main de la petite fille qu'elle a pu être. Une petite peur, le trac, ce sentiment de faire une bêtise, mais pas grave...

Il y a après l'abandon, de toute façon le plus dur est fait. A ses pieds il y a déjà ses cheveux longs, qui gisent, comme un vêtement usé qu'elle ne portera plus. L'autre s'affaire, s'applique, caresse la tête, le cou, le visage et colle son ventre contre les épaules tièdes...

Enfin, dans cette tempête d'émotions, il y a de la sensualité, de l'érotisme qui surgit alors qu'on ne l'attendait pas. L'excitation est réciproque, agacée par le bruit de l'appareil aux lames tièdes qui glissent sur la peau nue, le haut de la joue, derrière les oreilles et sur le cou, en faisant naître une armée de frissons.

Quelques paroles rompent le charme, un éclat de rire. Le bruit s'arrête, les mains libérées, époussettent, caressent, massent, agrippent... Encore.

Et le bruit reprend, familier, amical et le sommet du crâne est sillonné, encore et encore, jusqu'à être parfaitement dru et homogène, comme un velours et que petit à petit, cette tête tondue ne soit plus qu'un prétexte au jeu des corps, des mains et des peaux nues...

Voilà, c'est fait. Avant de se découvrir, ses doigts explorent sa tête ronde, caressent son cou vulnérable et tentent d'empoigner une mèche. Mais les cheveux s'échappent, trop courts pour être tenus. Elle s'aperçoit dans le miroir, écarquille les yeux, ces yeux immenses qui brillent un peu d'émotion contenue.

 

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Tendresses

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :