Comme un étendard

Publié le 13 Juillet 2018

Comme un étendard

Elles ont tout juste 20 ans, ou un peu plus, ou presque et réinventent le monde chaque jour. On en a le pouvoir à cet âge. Elles se révoltent, s'apitoient, compatissent et grondent de colère, parfois... mais s'inquiètent de savoir ce que leur monde sera. En attendant elle font des études, sans trop savoir où aller, histoire de retarder le plus possible l'échéance de la vraie vie. Elle voudraient être aimées autant qu'elles aiment, frôlent les genres, brouillent les cartes parce que c'est cool. Pour avoir cet exaltant sentiment d'être uniques, elles colorent en bleu leurs cheveux, les taillent, les rasent, gardent cette mèche dans le regard, rebelles. Percer leur corps ne leur fait pas peur, ça fait genre, comme les tatouages. Toutes sont photographes, ou modèles, selon l'estime qu'elles ont d'elles mêmes et réclament autant d'égards que de vraies professionnelles. C'est leur art. 

La jeunesse n'a pas changé, c'est le monde qui va trop vite, qui fait oublier le respect pour le paraître et transforme l'illusion en notoriété... virtuelle. Mais elles, leurs bras trop maigres alourdis de bracelets et de bagues, leurs épaules frêles et leurs torse plat, les cheveux au ras des yeux et la nuque rasée, oui elles, sûres de tout et pourtant inquiètes, fanfaronnant dans les manifs et marches de toutes sortes, si elles n'y prennent pas garde, n'auront presque plus rien de ce que leurs ainées ont conquis... il y a si longtemps déjà.

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :