Une fille comme lui, un garçon comme elle

Publié le 28 Juin 2018

Une fille comme lui, un garçon comme elle

Certains en éprouvent un trouble, y sentent une gène, cette peur de ne pas pouvoir définir les choses comme ils le font pour tout. Certaines en souffrent, enfermées dans les préjugés, ou prisonnières de leur corps et puis d'autres en jouissent, comme on jouit de la vie, avec assez de force pour accepter ce qui est et du courage pour accomplir leurs envies. 

Ainsi, il ou elle n'a plus vraiment de sens et deviennent des pronoms désuets, mais le monde est en retard qui ne sait pas encore dire autrement, alors c'est compliqué car l'essentiel est ailleurs. Et puis toutes n'ont pas cette dichotomie. Elles sont elles, mais aiment bien qu'on se trompent et même des fois elles font tout pour ça. Le jeu est excitant lorsqu'on est assez fort pour le jouer. D'un passage chez le coiffeur elle touche à la virilité, mais s'en gardent bien, d'une couleur ou d'une touche délicate qui leur rend leur féminité, tempes rasées et mèche blonde. Seuls les esprits rustiques tomberont dans le piège et finiront par haïr cette femme qui ne cherche même pas à le séduire, comme un affront qu'on lui fait. Les autres, je crois, aimeront cette fierté et se laisseront subjuguer par cette nuque rasée qui ne définit plus, ni la fille ni le garçon. 

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :