Ta façon de regarder

Publié le 2 Mars 2018

Photo: Gaëlle Lebek

Photo: Gaëlle Lebek

Elle t'intrigue cette fille. Tu dis "cette fille" mais tu n'en es pas vraiment sûr. Intuitivement tu penses qu'elle est fille, parce que simplement tu as toujours imaginé qu'il n'y avait pas 36 manières d'être. Soit garçon, soit fille. Ou noir ou blanc, ou vrai ou faux... Mais "cette fille" à la voix claire, aux traits fins, s'habille comme un garçon et surtout se coupe les cheveux comme on coupait les tiens lorsque tu étais gamin. Et à cause de cela tes certitudes vacillent. 

Mais toi au moins tu te poses la question. C'est drôle, parce que pour ton père et pour le père de ton père cette question ne se posait pas, ne se concevait même pas. Pour ton fils elle ne se pose pas non plus, c'est naturel, il ne voit aucune anomalie. Mais toi, tu t'interroges. Tu aurais même mille questions à poser et tu obtiendrais.... mille réponses, ou aucune. "Cette fille" est comme ton fils. Lui il t'épate avec son aisance dans ce monde 2.0, il voit des choses que tu ne perçois pas, comprend des schémas que tu ne visualises pas. Il a cessé de considérer les genres sous leur forme binaire, il ne confond plus avec le sexe, sait aussi que l'apparence n'est pas toujours la réalité... Et puis "cette fille", peut être n'a-t-elle les cheveux si courts que parce que cela lui plait, peut être maîtrise-t-elle cette ambiguïté, ou bien encore, peut être que malgré sa voix claire et ses traits fins, est-elle un garçon...?

Ce n'est pas à lui qu'il faut poser la question. A elle non plus. Il te faut juste apprendre à regarder différemment, plus "largement", à considérer le style et l'allure,  à apprécier l'intelligence et le talent, à aimer la gentillesse ou a respecter la distance... Rien de très compliqué en somme.  

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :