Sans contrefaçon

Publié le 7 Décembre 2017

Photo: Chris Trini

Photo: Chris Trini

Je crois que si je ne parviens pas à trouver un mot, une expression qui remplacerait avantageusement les termes "garçonne" ou "garçon manqué" pour qualifier l'allure d'une femme aux cheveux courts, enfin courts "comme un garçon", c'est tout simplement parce que ce ou ces mots n'existent pas. 

Mais ce n'est pas à cause d'un manque d'imagination, ou d'une indigence de la langue, non! C'est juste parce que ces mots qu'on utilise trop facilement ne sont pas appropriés et qualifient quelque chose qui n'existe pas. Peut être que cela avait un sens au début du XXème siècle, dans les affrontements qui opposaient les femmes à la suprématie patriarcale, à cette époque où tout n'était que référence au masculin. Il y avait de l'ironie, voir du mépris à "traiter" une fille ou une jeune femme de "garçon manqué", soulignant par là, qu'à quelques détails prés, elle aurait pu être un garçon.

Quant à souligner un caractère, le mot n'est pas mieux choisi, puisque là encore on désigne la femme comme un "presque garçon" parce qu'elle ferait preuve des meilleures qualités qui sont ou plutôt ont été, celles des hommes et depuis la nuit des temps que les hommes l'ont décrété. 

Hélas, l'image est tellement imprégnée dans nos cerveaux, que ce "garçon manqué" a du mal à disparaître et parfois même il peut y avoir une certaine affection pour cette fille à la nuque rasée, aux jeans serrés ou à la chemise de bûcheron, qui avec son charme tout féminin, invente  sa propre allure, ni fille, ni garçon et qu'on appelle gentiment "garçon manqué". Mais que cela ne nous exonère pas de faire l'effort de chercher...  

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :