Eloge de la nudité

Publié le 27 Décembre 2017

Eloge de la nudité

On le regarde différemment, inquiet et suspicieux, troublé par ce dénuement qui le fait paraitre étrange. On prête aux chats toutes sortes de légendes parce qu'ils sont énigmatiques et mystérieux et qu'on a le sentiment qu'ils savent déchiffrer nos âmes. Et voilà que celui-ci apparait nu, sans même là fourrure qui attire notre affectueuse caresse, sans ce manteau soyeux qui rassure et apaise... Pourtant il se frotte et ronronne.

Elle aussi, on la regarde différemment. Non pas parce que son corps d'androgyne est nu, on la remercierait volontiers d'avoir cette audace là, mais parce que ses cheveux sont ras, coupés si courts par la tondeuse qu'on serait incapable de les saisir et la voilà dépourvue de ce qui, comme le chat, rassure et apaise. Au félin nu on prêtera mille malédictions à cause de cette particularité qui lui donne une peau d'humain et à la fille rasée, dont la chevelure est devenue féline, on supposera mille maux et autant de perversions.

L'un est victime de ses gènes, l'autre de son envie de liberté et les voilà, l'une et l'autre mis au ban, soupçonnés d'anomalie et décriés... ou bien jalousés, peut être, d'être si remarquables, en tout.

Photo: Marie Ployart

Modèles: Chloé Lobre et le Sphynx

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :