Beau gosse, belle gosse

Publié le 2 Novembre 2017

Beau gosse, belle gosse

Elle s'en moque bien, la fille aux cheveux courts de plaire à l'un ou à l'une. Il faut bien d'abord se plaire à soi même...

Mais avant d'atteindre cette sagesse, il lui a fallu traverser quelques épreuves, parce que bien sûr, avoir les cheveux courts, ça fait peur un peu. Ce trac qu'on a, d'apparaître subitement en pleine lumière et puis cette crainte d'être montrée du doigt, de s'extraire du "troupeau" et de marcher seule.

Une coupe, puis une autre encore... Un rendez vous par mois, puis 3 semaines... l'envie d'y retourner, d'avoir toujours cette bonne mine et cette assurance, se plaire et avoir le sentiment d'être irrésistible... Mais à chaque fois encore le trac. La peur d'aller trop loin et lutter contre l'envie, la crainte de perdre sa féminité et découvrir l'étonnant paradoxe de la voire exaltée par une coupe encore plus courte, comprendre enfin que la longueur des cheveux ne change pas grand chose à sa personnalité... la fille "masculine" le sera davantage, mais elle l'était déjà , même avec sa queue de cheval, la fille féminine le sera elle aussi encore plus et l'androgyne ne le sera pas moins... Les vêtements, les accessoires et le maquillage l'emmèneront d'un bord à l'autre du genre. C'est ainsi.

La fille aux cheveux courts se moque bien de celles et ceux qui ne comprennent rien. Elle sait bien ce qui lui plait, à elle.

 

Photo: Emily Gafford book

 

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Tendresses

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :