Quartier Libre - Bex la coiffeuse de Beli

Publié le 22 Septembre 2017

Photo: Beli Klein

Photo: Beli Klein

Je m'appelle Bex Walker, 27 ans, née et élevée à Barcelone, en Catalogne et ceci est un peu de mon histoire.

Après avoir travaillé pour un établissement bancaire durant plus de 5 ans, j'ai su que ce n'était pas ce que je voulais faire pour le reste de ma vie. Ne vous méprenez pas, c'était une excellente expérience mais pas pour moi.

Une fois que j'ai fini de travailler pour cette banque, j'ai déménagé à Sydney en Australie. J'ai eu du bon temps, mais je sentais  que je n'avais pas trouvé ma vraie passion, il y avait quelque chose qui manquait, encore perdu et qui voulait me trouver.

Directement de Sydney, j'ai déménagé à Londres, et c'est là que tout a changé. En parcourant les belles rues d'East London, j'ai repéré un beau salon de coiffure, j'ai regardé et vu quelque chose d'incroyable, les gens qui passaient un bon moment, on y jouait des airs entrainants, les barbiers semblaient heureux et les clients semblaient détendus, reposés, bière à la main et cravate desserrée. Cette image s'est collée dans ma tête, je voulais travailler dans un environnement similaire.

Je suis rentré à la maison et j'ai commencé à chercher des cours de barbier lorsque je suis tombé sur l'un d'eux très attrayant à la Londron School of Barbering. Sans même le réaliser, une semaine plus tard, je commençais ma nouvelle vie. 12 semaines de cours, et je suis entré dans le véritable monde du barbier. De toute évidence, le cours vous enseigne les bases et vous apprenez l'affaire réelle une fois que vous êtes dans le travail.

Dans ma brève expérience en tant que coiffeur, j'ai réalisé beaucoup de choses, l'une d'entre elles étant que les barbiers ne font pas que couper les cheveux.

Toute les personnes qui passent dans mon fauteuil, ont une histoire, ils ont peut-être eu une jolie journée de travail, des problèmes familiaux, des problèmes personnels, mais ils viennent à moi pour une coupe, et sans s'en rendre compte, ou peut-être qu'ils le font, ils partent se sentent mieux avec eux-mêmes, mettant de côté leurs problèmes pendant 30 minutes, se détendent et se retrouve le moral regonflé.

Avoir une coupe de cheveux c'est comme une thérapie.

Ce que j'aime le plus dans mon travail, c'est de voir les gens revenir et me dire combien leur coupe précédente a été bien faite, ils ont eu des compliments d'amis ou de filles et ils veulent que vous fassiez de même, mais ce ne sera jamais le même que le dernier, j'essaie de faire mieux que leur précédente coupe.

Quartier Libre - Bex la coiffeuse de Beli

Apprendre à «connaître» mes clients est également une grande chose, ils parlent de leurs enfants, de leur femme, de leur travail ... et évidemment, il faut du temps pour que quelqu'un s'ouvre, mais lorsque vous atteignez ce point, c'est très satisfaisant.

Je tente constamment de me défier tous les jours en construisant ma clientèle et en fournissant les meilleurs services.

Jusqu'à présent, j'ai rencontré des gens étonnants dans l'industrie, dont certains sont mes très bons amis à Londres, et lentement, j'essaie de m'impliquer davantage et de développer mon réseau.

Aussi, j'ai eu la chance de rencontrer des gens que je peux appeler des amis comme Beli, ce qui est amusant, car en tant que coiffeur, 95% de vos clients sont masculins, mais j'ai le plaisir de couper des filles aux cheveux courts. Je crois que le barbering est une industrie axée sur les hommes et exclusivement dédié aux hommes, mais j'aime bien le voir de manière globale, et tout le monde, peu importe le genre, qui aime les cheveux masculins courts, est le bienvenu dans mon fauteuil.

Je suis inspirée par de nombreux barbiers, beaucoup de femmes coiffeurs et je souhaite atteindre ce niveau de professionnalisme dans un avenir proche en travaillant dur et en faisant ce que j'aime.

Les projets à venir sont d'obtenir plus de formations dans plusieurs académies et d'ouvrir ma propre boutique dans quelques années, donc vous savez ... si vous avez envie de vous marrer, et avez besoin d'un rafraichissement, venez dans mon fauteuil, vous ne le regretterez pas.

Photos: Beli KleinPhotos: Beli Klein

Photos: Beli Klein

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Quartier Libre

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article