Retour vers le futur

Publié le 20 Juillet 2017

Photo: Olivia Zinsou

Photo: Olivia Zinsou

Comment expliquer cela à ma grand mère qui a déjà un âge certain?  Quand je dis certain, c'est qu'elle a connu parfaitement les années 50 et la suite...  A cette époque, à peine sortie de la guerre, avant que les années 60 ne révolutionnent la jeunesse, les garçons demeurent parfaitement identifiables. Un peu comme en Corée du Nord aujourd'hui, la coupe réglementaire c'est bien dégagée autour des oreilles.

On a beau dire, ce n'est pas si vieux après tout, quoi... oui bon... 70 ans à tout casser. Qu'importe! C'est tout de même fascinant de constater tout ce chemin parcouru? Mais comment adoucir la confusion dans l'esprit de mon aïeule, comment lui faire comprendre que, finalement, depuis toujours certaines ont refusé de se conformer aux normes, de se plier aux règles édictées par d'autres pour elles, mais que simplement, " de son temps " cela s'exprimait certainement différemment. Elle même se souvient que, plus jeune, elle avait une fois mis un pantalon et que ça avait été un peu la révolution dans sa campagne... Ça la fait rire.

Aujourd'hui, que les filles aiment se faire couper les cheveux comme le font les garçons, ça ne relève pas de l'imitation, juste de l'envie de faire ce qui plait, sans demander si c'est bien ou pas, réservé ou pas, par un sexe sans que l'autre ait le droit de se l'approprier. Point!

 

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost 0
Commenter cet article