Comment vous dire...?

Publié le 10 Mai 2017

Photo: Irina Soboleva

Photo: Irina Soboleva

 Il y a des questions dont on ne se débarrassera jamais, des grandes interrogations existentielles, voir existentialistes, du genre: qui suis-je, d'où viens-je, où vais-je... enfin vous voyez le topo. Et puis il y a parmi ces questions récurrentes, d'autres qui sont peut être moins fondamentales, mais qui n'en sont pas moins importantes et celles là, j'aime bien me les poser aussi de temps en temps. D'ailleurs celle là, c'est quand même bien l'endroit pour ça.

Est-ce que toutes les lesbiennes ont les cheveux courts? Si oui, est-ce qu'une femme qui se coupe les cheveux est lesbienne? et si toutes les femmes aux cheveux courts sont lesbiennes, que devient l'homme qui est amoureux des femmes aux cheveux courts? Est-il condamné à errer sa vie durant dans un monde où l'objet de son désir ne le calculera jamais? Et puis, quid des lesbiennes aux cheveux longs? Sont-elles parmi l'univers saphique les plus audacieuses, démarquées des tendances et des courants majeurs... ?

Bon bref! Tout cela finit par devenir absurde. Mais depuis le temps que je cherche l'argument imparable pour mettre définitivement ce préjugé sans queue ni tête à la poubelle, je crois que j'ai une théorie qui pourrait être recevable.

Evidemment, comme je le rabâche depuis des années ici même, la longueur des cheveux d'une femme n'a aucune influence sur sa féminité et encore moins sur sa sexualité. Avoir les cheveux courts, c'est juste l'expression d'une personnalité affirmée, qui s'affranchie du jugement des autres et prend le contre-pied des stéréotypes dans lesquels l'homme voudrait contenir les femmes. C'est peut être justement sur ce dernier point que les lesbiennes tendance cheveux courts s'appuient le plus, se plaçant à l'exact opposé de l'image fantasmée par l'homme et son désir. Mais cela ne peut être qu'un critère parmi d'autres, comme la simple envie d'être soi même, libre de tout préjugé, ou encore le plaisir, toujours un peu trouble d'avoir les cheveux très courts, ou le choix de l'ambiguïté. Notez que ces critères, tous autant qu'ils sont, s'appliquent également et généralement à tout le monde, si bien qu'il est impossible et stupide d'affirmer que les cheveux courts "ça fait lesbienne". CQFD

Désespérément, je crois que c'est juste le cerveau de l'homme qui est un peu dysfonctionnant.

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost 0
Commenter cet article