L'humeur de Marie #5

Publié le 18 Avril 2017

Elle était nue sur son fauteuil, le regard vide, fumant une cigarette. Son pâle corps de Picasso semblait sans vie. Le sol était couvert d'une masse sombre éparpillée. Ses lèvres rouges semblaient appeler quelque chose. Son maquillage avait coulé le long de ses joues pour y laisser de longues lignes noires. La cendre commençait à s'accumuler : d'un geste rapide, elle la fit tomber par terre, et suivit sa trajectoire. Son regard s'arrêta sur les éclats de verre brisés.
L'ancien miroir qui ornait le mur en pierre apparente n'était plus. Le reflet qu'il lui avait renvoyé l'avait achevée. Ce n'était qu'une pâle imitation de ce qu'elle avait été.  C'en était trop. Dans un accès de fureur, elle l'avait envoyé à l'autre bout de la pièce. Arrachant ses habits, se précipitant dans la salle de bain, elle s'était emparée de la tondeuse, et s'était tondue, face à l'endroit où se tenait feu le miroir. Les gestes sûrs, et frénétiques, ses longues mèches brunes allant mourir sur le sol froid. C'était sa revanche. 

Elle était un peu paumée. Peut-être pas tant que ça. Ou si, peut-être trop. Elle se posait toujours trop de questions. Mais là, elle n'avait pas hésité. C'était une impulsion pure et dure, de celles qui la prenaient aux tripes, avec violence, jusqu'à lui donner envie de vomir. Alors elle l'avait fait. Ses yeux verts avaient pleuré. Un peu. Pas par tristesse, mais par rage et soulagement.
Et maintenant, elle était donc nue, sur son fauteuil, fumant passivement. Contemplant son corps par moment, elle voyait ses pensées s'échapper pour s'évanouir à jamais. Elle se sentait vide. Et Dieu qu'elle aimait ça.

 

Texte Marie C.

Photo: Internet

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Chronique de Marie

Repost 0
Commenter cet article