Une folie passagère

Publié le 11 Février 2017

Photo: Eleonora Sabet

Photo: Eleonora Sabet

Il arrive parfois que céder à ses envies donne le sentiment d'atteindre la folie. Comme lorsque, presque distraitement, le coiffeur vous demande si ça va comme ça, ou si "on" fait plus court... Et là... Comment dire?

Dans la fraction de seconde, vous sentez ce fluide étrange, ce court-circuit qui met la machine hors de contrôle. Il n'y a pas d'odeur de brulé, il n'y a pas d'explosion, ni de fusible fondu, apparemment, mais d'un seul coup vous vous entendez dire... "oui oui, plus court!" Et c'est dit avec tellement de conviction, tellement d'assurance, que même le coiffeur est pris à contre-pied.

Finalement, c'est un peu comme une jolie surprise, un truc auquel personne ne s'attendait et tout le monde semble ravi. Le coiffeur abandonne sa paire de ciseaux rassurante pour une tondeuse qui donne un peu le trac. Mais c'est la folie, alors on plonge la tête en avant, à la grâce de Dieu, les hommes et les enfants d'abord et puis zut! Depuis le temps que vous vous dites qu'il faut le faire, que vous en avez envie et que cela vous tente et qu'à chaque fois vous renoncez parce que vous vous dites que "les autres" ne vont pas vous reconnaitre, vont vous faire des reproches, vont se moquer... pour finalement s'en foutre.

Alors c'est le moment! Et ce qui n'était qu'un rendez vous de routine devient le jour du changement. Tout le monde vous connaissait avec cette coupe bien sage, un peu "féminisée", pas trop court, même si déjà cela semblait trop pour certain(e)s. Eh bien ce temps est révolu. Une poignée de minute après ce "coup de folie", vous voilà avec les tempes nues et la nuque rasée, comme vous vous êtes souvent imaginée. Et l'image que vous avez de vous, là, maintenant, est tellement plus belle que celle dont vous rêviez, que vous avez presque envie de vous embrasser pour vous remercier d'avoir autant de courage, pendant que votre main qui caresse ce cou tondu n'en revient pas de découvrir enfin cette sensation évoquée par celles qui ont depuis longtemps osé...

La folie fut passagère... mais quel bonheur.

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Nouvelles et petites histoires

Repost 0
Commenter cet article